Accueil > Edification > Méditations > ...je donnerai mes ordres, et je (...)

...je donnerai mes ordres, et je secouerai la maison d’Israël parmi toutes les nations...

Car voici, je donnerai mes ordres, et je secouerai la maison d’Israël parmi toutes les nations, comme on secoue au crible, sans qu’il tombe à terre un seul grain. Am 9:9

Chaque crible vient par ordre divin et avec sa permission. Satan doit demander de partir avant qu’il ne puisse poser un doigt sur Job. Non, plus encore, dans un certain sens nos criblures sont directement l’œuvre du Ciel, car le texte dit : « Je secouerai la maison d’Israël. » Tel un forçat, Satan doit tenir le tamis, espérant détruire le blé ; mais la main souveraine du Maître est en train d’accomplir la purification du grain par le procédé même que l’ennemi à l’intention de voir se traduire par la destruction.

Est précieux, mais intensément criblé le grain du grenier du Seigneur, mais soit consolé par le fait béni que le Seigneur dirige et le fléau et le crible pour sa seule gloire, et pour ton éternel intérêt. Le Seigneur Jésus sûrement utilisera le van qui est dans sa main, et séparera le précieux du vil. Tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël ; le monceau qui est sur l’aire n’est pas un fourrage pur, c’est pourquoi le procédé du vannage doit être accompli. Dans le tamis le vrai poids seul a de la puissance.

L’épi et la balle étant dépourvus de substance doivent voler devant le vent, et seulement le grain solide restera. Considère la sécurité complète du vannage du blé du Seigneur ; même le moindre grain a la promesse d’être gardé. Dieu lui-même vanne et pourtant c’est un travail sévère et terrible ; il vanne en tous lieux, parmi les nations, qu’il secoue de la manière la plus rigoureuse, comme le blé est secoué dans le tamis ; et pourtant, en tout ceci, pas la plus petite, la plus légère, ou la plus ridée des graines ne peut tomber à terre.

Chaque individu croyant est précieux au regard du Seigneur. Un bon berger ne perdrait pas une brebis, ni un joaillier un diamant, ni une mère un enfant, ni un homme un membre de son corps, ni le Seigneur un des rachetés de son peuple. Cependant, si peu que nous puissions être, si nous appartenons au Seigneur, nous pouvons nous réjouir parce que nous sommes préservés en Jésus Christ.



^^ Revenir en haut ^^