Accueil > Edification > Méditations > Vous comptiez sur beaucoup, et (...)

Vous comptiez sur beaucoup, et voici, vous avez eu peu ; Vous l’avez rentré chez vous, mais j’ai soufflé dessus. Pourquoi ? dit l’Éternel des armées. A cause de ma maison, qui est détruite, Tandis que vous vous empressez chacun pour sa maison.

Vous comptiez sur beaucoup, et voici, vous avez eu peu ; Vous l’avez rentré chez vous, mais j’ai soufflé dessus. Pourquoi ? dit l’Éternel des armées. A cause de ma maison, qui est détruite, Tandis que vous vous empressez chacun pour sa maison.

Les âmes grincheuses limitent leurs contributions aux ministères et aux actions missionnaires, et elles appellent cet argent épargné, une bonne économie ; elles ne songent guère qu’elles s’appauvrissent elles-mêmes. Leur excuse est, qu’elles doivent se préoccuper de leurs familles et elles oublient que de négliger la maison de Dieu est un moyen sûr d’amener la ruine sur leur maison.

Notre Dieu a une méthode providentielle avec laquelle il peut faire réussir nos efforts loin de nos suppositions, ou bien Il peut renverser nos projets et nous mettre dans la confusion et le désarroi. De sa main, Il peut guider notre barque dans un chenal avantageux ou nous faire échouer dans la pauvreté et la faillite. Les Écritures nous enseignent que le Seigneur enrichit ceux qui donnent avec libéralité et Il laisse les gens avares découvrir que détenir, tend à la pauvreté. Dans un très large sens d’observation, j’ai remarqué que les chrétiens les plus généreux à ma connaissance ont toujours été les plus heureux, et presque invariablement les plus prospères.

J’ai vu celui qui donne avec libéralité s’accroître en richesse bien au-delà de ses rêves ; et j’ai souvent vu le mesquin, peu généreux, descendre à la pauvreté par le même moyen que celui par lequel il pensait s’élever. Les hommes confient des sommes de plus en plus grandes aux bons gestionnaires et le Seigneur réagit fréquemment pareillement ; il donne par brassées à ceux qui donnent par poignées.

Lorsque les richesses ne sont pas nombreuses, le Seigneur change le peu en beaucoup par le contentement que le cœur sanctifié ressent. L’Egoïste met sa maison en premier, mais l’homme pieux recherche premièrement le royaume et la justice de Dieu. En fin de compte, l’égoïsme est perte et la piété est source de grand gain. On a besoin de la foi, d’agir avec une main ouverte vers notre Dieu. Il le mérite de notre part et tout ce que nous pouvons faire n’est qu’une faible reconnaissance de notre merveilleuse dette envers sa bonté.



^^ Revenir en haut ^^