Accueil > Edification > Méditations > Une source fermée, une fontaine (...)

Une source fermée, une fontaine scellée.

Une source fermée, une fontaine scellée.

Dans cette métaphore, qui fait référence à la vie intérieure d’un croyant, nous avons pleinement l’idée de secret. C’est une source fermée : il y avait des sources dans les pays d’Orient, sur lesquelles un édifice était construit, et ainsi nul ne pouvait y accéder sauf ceux qui connaissaient l’entrée secrète ; il en est de même du cœur d’un croyant lorsqu’il est renouvelé par la grâce : il y a une vie mystérieuse en lui qu’aucune habileté humaine ne peut toucher. C’est un secret qu’aucun autre homme ne connaît ; non, car cet homme en est le possesseur et il ne peut rien dire à son prochain. Le texte n’inclut pas seulement le secret, mais aussi la séparation.

Ce n’est pas la source commune, à laquelle chaque passant peut boire, mais celle qui est gardée et préservée parmi toutes les autres ; c’est une fontaine qui porte une marque particulière : le sceau royal, pour que chacun puisse savoir que ce n’est pas une fontaine commune, mais une fontaine qui a un propriétaire, et réservée à son usage exclusif. Il en est de même de la vie spirituelle. Les élus de Dieu ont été mis à part dans le décret éternel ; ils ont été séparés par Dieu le jour de la rédemption ; et ils sont séparés par la possession d’une vie que d’autres n’ont pas ; et il leur est impossible de se sentir à l’aise avec le monde, ou d’être satisfaits dans ses plaisirs. Il y a aussi l’idée de chose sacrée.

La source fermée est conservée pour l’usage de quelque personne particulière, et tel est le cœur du chrétien. Il est une source gardée pour Jésus. Chaque chrétien doit sentir qu’il a le sceau de Dieu sur lui et il doit être capable de dire avec Paul : « Il n’est pas permis à un homme de me troubler, parce que je porte dans mon corps les marques du Seigneur Jésus ». Une autre idée est ici développée : celle de sécurité. Oh ! combien est sûre et en sécurité la vie intérieure du croyant ! Si tous les pouvoirs de la terre et de l’enfer pouvaient se combiner contre lui, ce principe immortel existerait encore, parce que celui qui l’a donné a mis sa vie en gage pour ce principe. Et qui sera contre vous, si Dieu est votre protecteur ?



^^ Revenir en haut ^^