Accueil > Edification > Méditations > Tu as établi l’été et l’hiver

Tu as établi l’été et l’hiver

Tu as établi l’été et l’hiver . Psaumes : 74:17


Ô mon âme, commence ce mois hivernal avec ton Dieu. Les neiges froides et les vents perçants te rappellent qu’Il garde son alliance jour et nuit, et sont là pour t’assurer qu’il garde aussi l’alliance si glorieuse qu’il a faite avec toi dans la personne du Christ Jésus.

Lui qui est fidèle à sa Parole dans les cycles des saisons de ce pauvre monde pollué par le péché, ne prouvera pas son infidélité dans ses relations avec son propre Fils bien-aimé. L’hiver dans l’âme n’est d’aucune façon une saison confortable, et s’il est sur toi en ce moment il te sera très pénible : mais il y a ce réconfort, à savoir, celui que le Seigneur offre. Il envoie les souffles perçants de l’adversité pincer les bourgeons de l’espérance : il éparpille la gelée blanche comme des cendres sur les prairies jadis verdoyantes de notre joie : il projette sa glace comme des morceaux venant geler les ruisseaux de notre plaisir.

Il fait tout, il est le grand Roi de l’Hiver, et gouverne dans les royaumes du gel, et donc tu ne peux pas murmurer. Pertes, contrariétés, lourdeur, maladie, pauvreté, et mille autres maux, sont un envoi du Seigneur, et viennent à nous avec une sage intention. Le gel tue les insectes nuisibles, et il met un terme aux furieuses maladies ; il brise en morceaux les mottes, et il adoucit l’âme. Ô ! puissent ces si bons résultats toujours suivre nos hivers de détresse ! Comme nous apprécions le feu en ce moment ! comme est agréable sa flamme pétillante ! Puissions-nous de la même manière apprécier notre Seigneur, qui est la source constante de chaleur et de réconfort à chaque occasion de trouble. Puissions-nous être attirés près de lui, et trouver en lui la joie et la paix dans notre croyance. Enroulons-nous dans les vêtements chauds de ses promesses, et allons de l’avant aux travaux qui conviennent à la saison, car il serait mal venu d’être comme le paresseux qui ne laboure pas à cause d’un rhume ; car il mendiera en été et il n’aura rien.



^^ Revenir en haut ^^