Accueil > Edification > Méditations > Toi, mon refuge au jour du malheur (...)

Toi, mon refuge au jour du malheur !

Toi, mon refuge au jour du malheur ! Jér 17:17

Le sentier du chrétien n’est pas toujours envahi par la lumière du soleil ; il a ses saisons de ténèbres et de tempête. C’est vrai qu’il est écrit dans la Parole que : « Ses voies sont des voies agréables, Et tous ses sentiers sont paisibles ». Pr 3:17 et c’est une grande vérité, que la religion est faite pour donner le bonheur à l’homme ici-bas, aussi bien que la béatitude dans le ciel ; mais l’expérience nous dit que si « le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, Dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour »,

Pr 4:18 cependant quelquefois cette lumière est éclipsée. A certaines périodes les nuages couvrent le soleil du croyant, et alors il marche dans les ténèbres et ne voit plus la lumière. Il y en a beaucoup qui se sont réjouis dans la présence de Dieu pour une saison ; ils se sont chauffés à la lumière du soleil aux premiers instants de leur carrière chrétienne ; ils ont marché vers les « verts pâturages » à côté des « courants d’eau », mais soudainement ils trouvent que le ciel glorieux est couvert ; au lieu de la Terre de Gosen, ils doivent traverser le désert sablonneux ; au lieu d’eaux douces, ils trouvent des ruisseaux troublés, amers à leur goût, et ils disent, « Sûrement que si j’étais un enfant de Dieu, ceci n’arriverait pas ».

Oh ! ne dis pas cela, toi qui marche actuellement dans les ténèbres. Le meilleur des saints de Dieu doit boire l’absinthe amère ; le plus cher de ses enfants doit porter la croix. Nul chrétien n’a jamais profité de prospérité perpétuelle ; nul croyant ne peut garder toujours sa harpe près des peupliers. Peut-être que le Seigneur vous a distribué en premier un sentier lisse et sans nuage, parce que vous étiez faible et timide.

Il a adouci le vent pour l’agneau tondu, mais maintenant que vous êtes plus fort dans la vie spirituelle, vous devez participer à l’expérience plus mûre et plus rugueuse des enfants de Dieu devenus adultes. Nous avons besoin des vents et des tempêtes pour exercer notre foi, pour détacher le rameau pourri de notre suffisance, et nous enraciner plus fermement en Christ. Le jour du malheur nous révèle la valeur de notre glorieuse espérance.



^^ Revenir en haut ^^