Accueil > Edification > Méditations > ...Si c’est moi que vous cherchez (...)

...Si c’est moi que vous cherchez laissez aller ceux-ci poursuivre leur chemin.

Jésus leur répondit, si c’est moi que vous cherchez laissez aller ceux-ci poursuivre leur chemin. Jn 18:8

Remarque, mon âme, le soin que Jésus manifestera même du sein de l’heure de son épreuve, à l’égard de ses brebis ! La passion dominante est forte dans la mort. Il se rend lui-même à l’ennemi, mais il interpose une parole de puissance pour rendre la liberté à ses disciples. Quant à lui-même, comme une brebis devant ses tondeurs il est muet et n’ouvrit point sa bouche, mais à cause de ses disciples il parle avec une puissante énergie.

Voici son amour, constant, oublieux de lui-même, fidèle amour, mais ne trouve-t-on pas si loin d’ici cette même pensée dans être extérieur ? Le Bon berger donne sa vie pour ses brebis, et défend leur cause afin qu’elles puissent aller libres. La sûreté est liée, la justice demande que ceux à qui il se substitue puissent continuer leur chemin. Au milieu de l’esclavage de l’Égypte, cette voix sonne comme une parole de puissance, « laisse ceux-ci continuer leur chemin ».

Hors de l’esclavage du péché et de Satan les rachetés doivent sortir. Dans chaque cellule de donjons du désespoir, le son fait écho « Laisse ceux-ci aller » et en opposition au découragement et à une grande frayeur, Satan entend la voix bien connue, et lève son pied de dessus le cou de ceux qui sont tombés ; et la mort l’entend, et la tombe ouvre ses portes pour laisser le mort ressusciter. Leur chemin est la marche, la sainteté, le triomphe, la gloire, et personne n’osera les y retenir.

Point de lion sur leur route, nulle bête féroce ne surgira. « La biche de l’aurore » a attiré sur elle-même les chasseurs cruels, et maintenant les plus timides chevreuils et biches du champ peuvent paître dans une paix parfaite parmi les lis de son amour. Le nuage orageux a éclaté au dessus de la croix du Calvaire, et les pèlerins de Sion ne seront jamais frappés par la foudre de la vengeance. Viens, mon cœur, réjouis-toi dans l’immunité dont le rédempteur t’a couvert, et bénis son nom tout le jour et chaque jour.



^^ Revenir en haut ^^