Accueil > Edification > Méditations > Pour annoncer une bonne nouvelle (...)

Pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres

Pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Luc 4:18

Nul autre que Jésus ne peut donner la délivrance aux captifs.
La vraie liberté vient seulement de lui. C’est une liberté donnée avec justice ; car le Fils qui est Héritier de toutes choses, a le droit de faire des hommes libres. Les saints honorent la justice de Dieu, qui leur assure maintenant le salut. C’est une liberté qui a été achetée à grand prix. Christ en parle par son pouvoir, mais il l’a achetée par son sang. Il fait de toi un homme libre, mais c’est par ses propres liens. Tu es léger, parce qu’il a porté ton fardeau pour toi : tu es mis en liberté, parce qu’il a souffert à ta place. Mais, bien qu’il l’ait payée d’un grand prix, cette liberté il te la donne. Jésus ne nous demande rien comme préalable à cette liberté. Il nous trouve assis dans un vêtement de sac et sur des cendres, et nous offre de revêtir le magnifique vêtement de la liberté ; il nous sauve comme nous sommes, et fait tout sans notre aide ou notre mérite.

Lorsque Jésus libère, la liberté est donnée à perpétuité ; nulles chaînes ne peuvent de nouveau nous lier. Que le Maître me dise : "Captif, je t’ai délivré," et cela est fait à jamais. Satan peut comploter de nous asservir, mais si le Seigneur est à nos côtés, de qui aurons-nous peur ? Le monde, avec ses tentations, peut chercher à nous prendre au piège, mais celui qui est pour nous est plus puissant que tous ceux qui sont contre nous.

Les machinations de nos propres coeurs trompeurs peuvent nous harceler et nous ennuyer, mais celui qui a commencé sa bonne oeuvre en nous la conduira à ses fins, et la rendra parfaite. Les adversaires de Dieu et les ennemis de l’homme peuvent rassembler leurs armées, et se précipiter sur nous avec fureur, mais si Dieu a acquitté, qui est celui qui peut condamner ? L’aigle qui est dans son aire sur la montagne, si près des nuages, n’est pas plus libre que l’âme que Christ a délivrée. Si nous ne sommes plus sous la loi, mais libérés de sa malédiction, que notre liberté soit exposée d’une manière pratique dans notre service envers Dieu avec gratitude et joie.
"Je suis ton serviteur, et le fils de ta servante : tu m’as libéré de mes liens. Seigneur, qu’as-tu à me donner à faire ?"



^^ Revenir en haut ^^