Accueil > Edification > Méditations > Péché... condamnable au plus haut (...)

Péché... condamnable au plus haut point.

Péché... condamnable au plus haut point Ro 7:13

Prenez garde aux légères pensées de péché. Au temps de la conversion, la conscience est si tendre, que nous sommes effrayés du plus léger péché. Les jeunes convertis ont une sainte timidité, une crainte respectueuse de Dieu, la peur de l’offenser. Mais hélas, très tôt la fine fleur sur ces premiers fruits mûrs est balayée par la rudesse du monde environnant ; la plante sensible de la jeune piété se renferme, cédant trop facilement. C’est tristement vrai, que même un chrétien peut décroître par degrés et ainsi aller vers le péché sans en être alerté le moins du monde.

Par degrés les hommes deviennent familiers avec le péché. L’oreille dans laquelle le canon a tonné ne discernera plus les légers sons. Au début un petit péché nous alarmait, mais bientôt nous disons : N’est-ce pas peu de chose ? Alors en vient un autre, plus grand, et puis un autre, jusqu’à ce que par degrés, nous commencions à regarder le péché comme n’étant qu’une petite maladie, et alors suit une présomption impie ; nous ne sommes pas tombés dans le péché ouvertement.

Il est vrai que nous avons un peu voyagé, mais nous demeurons droits dans l’ensemble, nous pouvons avoir prononcé un mot de travers, mais quant à notre conversation, elle a été compatible, logique, et ainsi nous pallions le péché. Nous jetons dessus un manteau ; nous lui donnons un nom déguisé. Chrétien, prends garde de penser légèrement au péché. Prends garde, de peur que tu ne tombes peu à peu. Le péché une petite chose ? N’est-il pas un poison ? Qui connaît sa nature mortelle ? Le péché, une petite chose ? Ne sont-ce pas les petits renards qui ravagent la vigne ?

N’est-ce pas le fin corail l’insecte qui bâtit un rocher où même les puissants vaisseaux de la marine deviennent des épaves ? Ne sont-ce pas de petites cognées qui font tomber les immenses chênes ? De continuelles retombées d’eau n’usent-elles pas la pierre ? Le péché, une petite chose ? Il a ceint le front du rédempteur d’épines, et percé son cœur ! Il l’a fait souffrir d’angoisse, d’amertume et de malheur. Peux-tu peser le moindre péché sur les échelles de l’éternité, tu devrais le fuir comme on fuit le serpent, et avoir en horreur la moindre apparence du mal. Regarde tout péché comme ayant crucifié le Sauveur, et tu le jugeras : Condamnable au plus haut point.



^^ Revenir en haut ^^