Neboukadnetsar

Neboukadnetsar

Nébucadnetsar (S., Sy., D.) ; Nebucadretsar (D.) ; Nabucodonosor (F.) ; Nabuchodonosor (J., T.), de l’akkadien Nabu-kudurriusur : que Nebo défende les frontières !

Les 2 transcriptions (n et r) correspondent à 2 variantes hébr. du même nom. L’hist. profane l’appelle Nabuchodonosor ou Nabuchodorosor. Fils de Nabopolassar, et roi de Babylone. Son père dirigea avec succès une révolte des Chaldéens contre l’Assyrie et fonda (en 625 av. J.-C.) le Nouvel Empire Babylonien. Les Umman-Manda, alliés de Nabopolassar, s’emparèrent (en 612) de Ninive, capitale de l’Assyrie. Les nouveaux dominateurs des territoires assyriens tinrent dès lors l’Egypte en échec. Le pharaon Néko II monta sur le trône de l’Egypte (en 609 av. J.-C.), envahit la Palestine #2Ki 23.29 ; 2Ch 35.20 marcha contre Josias, roi de Juda, et le tua dans la bataille de Meguiddo (en 608). Néko retourna en Egypte, puis revint avec une grande armée, afin d’étendre sa domination au-delà de l’Euphrate. Nabopolassar envoya son fils, Neboukadnetsar, à la rencontre des Egyptiens qui furent vaincus (en 605 av. J.-C.) dans la bataille de Karkemich. Neboukadnetsar les refoula jusqu’en Egypte et soumit les contrées qu’il traversa #2Ki 24.7 ; Jer 46.2 de l’Euphrate au torrent d’Egypte. Apprenant le décès de son père, il laissa ses généraux terminer la guerre à l’Occident et se hâta de regagner Babylone, où il accéda à la royauté en 605 av. J.-C. (Con. Apion, 1.19). Les écrivains de l’A. T., particulièrement Jérémie et Ezéchiel ses contemporains, mentionnent Neboukadnetsar. Le livre de Daniel fournit d’importants renseignements sur son règne. Les inscriptions des briques, et les déclarations de l’historien babylonien Bérose, prêtre vivant au IIIe s. av. J.-C., complètent ces informations. Après avoir été 3 ans tributaire de Neboukadnetsar, Juda se révolta contre lui. #2Ki 24.1

Le roi de Babylone revint en Palestine, étouffa la révolte, fit enchaîner le roi Yehoyaqim, ordonna de déporter à Babylone son fils Yehoyaqîn, prince héritier et établit roi de Juda Sédécias, frère de Yehoyaqîn #2Ch 36.6, 10

v. Yehoyaqim, Yehoyaqîn, Sédécias 4.

Pendant 8 ans, Sédécias fut soumis, mais la 9e année, comptant sur l’arrivée d’une armée égypt., il se révolta #Jer 37.5

En 586, Neboukadnetsar prit Jérusalem, brûla le Temple, déporta tous les notables du pays #2Ki 24.1 ; 25.1 ; 2Ch 36.5-21 (Jer 39 ; 52)

A cette époque (586-573) le roi de Babylone assiégea Tyr #Eze 29.18 (Con. Apion 1.21 ; Ant. 10.11.1).

La 23e année de son règne (en 582), il combattit la Coelésyrie, Moab, Ammon, et déporta plusieurs centaines de Juifs #Jer 52.30 (Ant. 10.9.7)

En la 37e année du règne (env. 567) Neboukadnetsar envahit l’Egypte (cf. Ez. 29.19).

- Il est prob. que Neboukadnetsar fit encore d’autres expéditions, mais les documents s’y rapportant ont disparu. Sa politique consistait à déporter les vaincus en diverses régions de son empire. Disposant ainsi d’une main-d’oeuvre nombreuse, il effectua des ouvrages importants : il construisit la grande muraille de Babylone, le magnifique palais royal, restaura le grand temple de Mardouk à Babylone, celui de Nebo à Borsippa, et beaucoup d’autres sanctuaires. On dit qu’il fit élever des jardins suspendus pour rappeler les collines de la Médie à la reine Amyitis (Amuhea, Amuhia) qui en était originaire (Con. Apion 1.19 ; Ant. 10.11.1).

- On raconte qu’il bâtit, près de Sippara, pour l’irrigation, un immense lac artificiel mesurant plus de 225 km. de circonférence et 55 m. de profondeur. Il fit creuser des canaux dans tout le pays, construire des quais et des môles sur le golfe Persique. Quand l’orgueil le subjugua, il fut atteint de lycanthropie, folie dans laquelle le malade s’imagine être un animal. Neboukadnetsar mangea de l’herbe, comme s’il eût été un boeuf. #Da 4

Il recouvra la raison ; ayant régné plus de 43 ans, il mourut en 562 av. J.-C. Evil-Merodak, son fils, lui succéda.

- Neboukadnetsar et l’archéologie. La Babylone de Neboukadnetsar a été l’objet de fouilles systématiques entreprises de 1899 à 1914 par Robert Koldowey et la Deutsche Orientgesellschaft (cf. Koldowey, Das Wiedererstehende Babylon, 4e éd. 1925). On découvrit en partic. l’imposante porte d’Ishtar qui franchissait la double muraille ; elle était ornée de briques émaillées représentant toute une série de taureaux et de dragons (cf. R. Koldowey, Das Ischtar-Tor in Babylon, 1918). La salle du trône de Neboukadnetsar était pareillement décorée de magnifiques dessins géométriques sur briques émaillées. La ziggurat du même roi était dans le quartier des temples. Selon Hérodote elle avait 8 étages. Une tablette qui se trouve actuellement au Louvre, la tablette d’Esagil, découverte en 1913, à Ourouk (= Erek dans Gn. 10.10), nous donne des détails concernant la reconstruction de cette ziggurat par Nabopolassar, père de Neboukadnetsar, laquelle était appelée "Etemenanki" (ce qui signifie "maison du fondement du ciel et de la terre"). D’autre part, l’ordre avait été donné à Nabopolassar "d’assurer son fondement dans le sein du monde inférieur et son sommet, de le faire semblable au ciel" (cf. Gn. 11.4).

D’après ces détails, nous comprenons qu’il s’agit d’une reconstruction de la ziggurat qu’était autrefois la tour de Babel. (A. Parrot, La Tour de Babel, Delachaux et Niestlé, 1954).

- Mais tout aussi importants que les objets découverts à Babylone sont les textes, en principe de petites tablettes, recouvertes d’inscriptions cunéiformes. Mais un groupe très important d’une dizaine de tablettes appelées les chroniques babyloniennes, ont été également mises au jour. Elles furent traduites et publiées pour la première fois en 1887 et contiennent le récit des événements principaux des affaires de l’intérieur de Babylone. Parmi les faits consignés, plusieurs récits bibliques sont confirmés. En voici quelques-uns :

1) l’assassinat de Sennachérib selon Es. 37.37, 38 ;

2) la chute de Ninive, en 612 av. J.-C., selon Nahoum ;

3) la bataille de Karkemich, 605 av. J.-C. #Jer 46.2

4) la prise de Jérusalem et la fin du royaume de Juda en 597 av. J.-C. (v. 2 R. 25) et

5) la chute de Babylone en 539 av. J.-C.. (Dan. 5) Ce qui est surtout important, ce sont les dates données dans ces tablettes. Elles ont beaucoup aidé les historiens à dater les événements bibliques.

V. Babel, Tour de Babel ; Babylone ; Babylonie.



^^ Revenir en haut ^^