Nazareth

Nazareth

(S., F., J., T.) (s. poss. : verdoyant, surgeon, ou : protectrice, gardienne, v. ci-dessous). Ville de Galilée. #Mt 2.23 où demeuraient Joseph et Marie #Lu 2.39

Jésus y fut élevé (4.16), et y passa la plus grande partie de sa vie (cf. 3.23 ; Mc. 1.9) ; c’est pourquoi on l’appela "Jésus de Nazareth". #Mt 21.11 ; Mr 1.24

Ses concitoyens l’estimaient #Lu 2.52 ; 4.16 mais ils repoussèrent par deux fois son ministère (4.28-31 ; cf. #Mt 4.13 ; 13.54-58 ; #Mr 6.1-6).

Nazareth, qui s’élevait sur une hauteur #Lu 4.29 connaissait au bronze moyen une petite occupation de troglodytes, mais ni l’A. T., ni les apocryphes, ni Josèphe ne mentionnent la ville. De nos jours, elle s’appelle encore en-Nasirah ; le site se trouve dans un vallon écarté de la Basse Galilée, légèrement au N. de la grande plaine d’Esdraelon, à env. 24 km. à l’O.-S.-O. de Tibériade, et à env. 140 km. de Jérusalem. De l’E. à l’O., le vallon mesure un peu plus de 1 1/2 km. ; du N. au S., il a en moyenne, un quart de cette dimension. Au N.-O., une colline s’élève à env. 150 m. au-dessus du vallon ; des ravins coupent sa pente orientale. La ville de Nazareth occupe actuellement cette déclivité. La calcaire blanc des collines voisines fournit le matériau des maisons, bien situées parmi les figuiers, les oliviers et quelques cyprès. En bas, dans la vallée, au milieu des vergers entourés de figuiers de Barbarie, il y a la fontaine de la Vierge, source qui alimente Nazareth. La mère de Jésus y venait sans doute souvent puiser l’eau de la maisonnée. En 1985, Nazareth, avec ses 30 églises et ses monastères, était une ville de 47 000 hab. Les moines du couvent franciscain considèrent comme saints plusieurs lieux de Nazareth, mais seul l’identif. de la Fontaine de la Vierge s’avère sûre. L’endroit de la colline d’où les concitoyens de Jésus essayèrent de le précipiter #Lu 4.29 se trouve prob. près de l’église maronite. Il y a là 2 ou 3 escarpements, dont la hauteur varie de 6 à 15 m.

- Quant à la signif. poss. du nom Nazareth, on hésite beaucoup. La racine hébr. netser et l’aram. nitsra donneraient le s. de germe, rejeton, et expliqueraient le rapprochement d’Es. 11.1 et de Mt. 2.23. D’autres pensent plutôt à la racine hébr. natsar, garder, protéger. Nazareth signif. alors : protectrice, gardienne au sens de "tour de garde".



^^ Revenir en haut ^^