Accueil > Edification > Méditations > Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de

Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe

Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe. Ca 1:13

La myrrhe peut bien être choisie comme le type de Jésus pour désigner sa préciosité, son parfum, sa gentillesse, son don de guérison, ses qualités bienfaisantes au plus haut degré, sa relation avec le sacrifice. Mais pourquoi est-il comparé à un bouquet de myrrhe ? D’abord pour la plénitude il n’est pas seulement une goutte, il est un plein écrin. Il n’est pas une brindille de fleur, mais un bouquet serré.

En Christ il y a suffisamment pour satisfaire toutes nos nécessités ; que je le serve donc avec empressement. Notre bien aimé est aussi comparé à un bouquet pour sa variété : car nous avons en Christ non seulement la chose dont nous avons besoin, mais « en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. » En lui nous avons tout pleinement. Prenez Jésus dans ses différents caractères, et vous verrez une merveilleuse variété : prophète, sacrificateur, Roi, mari, ami, berger.

Considérez-le dans sa vie, sa mort, sa résurrection, son ascension, son second avènement. Un coup d’œil sur sa vertu : gentillesse, courage, abnégation, amour, fidélité, vérité, justice. Partout il est un bouquet précieux. Il est un bouquet de myrrhe, non pour en faire un simple bouquet, mais la myrrhe qui doit être conservée dans un écrin. Nous devons l’évaluer comme étant notre plus grand trésor ; nous devons accorder beaucoup de prix à ses paroles et à ses ordonnances ; nous devons tenir nos pensées de lui, notre connaissance de lui comme étant précieuse, de peur que le diable ne nous vole quelque chose.

De plus Jésus est un bouquet de myrrhe pour la spécialité. L’emblème révèle l’idée de distinction, de grâce judicieuse. Bien avant la fondation du monde, il était mis à part pour son peuple et il accorde son parfum seulement à ceux qui comprennent comment entrer en communion avec lui, pour être en étroite relation avec lui. Oh ! peuple béni que le Seigneur a admis dans son conseil secret, et pour qui il s’est lui même mis à part. Oh ! qu’ils sont heureux ceux qui peuvent dire : Il est pour moi un bouquet de myrrhe.



^^ Revenir en haut ^^