Accueil > Edification > Méditations > Ma grâce te suffit, car ma puissance (...)

Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse.

Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse.

Une qualité primordiale pour servir Dieu avec le maximum d’assurance d’avoir du succès, et pour bien faire l’šuvre de Dieu et triomphalement, est d’être convaincu du sentiment de notre propre faiblesse. Quand le soldat de Dieu marche à la bataille, fort de sa propre force, quand il se glorifie se disant : « je sais que je serai vainqueur, mon propre bras droit et mon épée conquérante me feront obtenir la victoire », … la défaite n’est pas loin. Dieu n’accompagnera pas un tel homme qui marche avec sa propre force. Celui qui compte avoir la victoire ainsi a mal calculé, « car ce n’est ni par la force, ni par la puissance, mais c’est par mon Esprit », dit le Seigneur des armées.

Ceux qui partent au combat, se glorifiant de leurs prouesses, retourneront avec leurs fières bannières traînant dans la poussière, et leur armure souillée de disgrâce. Ceux qui servent Dieu doivent le servir dans sa propre voie, à sa manière, et avec sa force, ou il ne sera jamais accepté dans son service. Ce que l’homme fait, sans l’aide de la puissance divine, Dieu ne pourra jamais le reconnaître. Les simples fruits de la terre seront rejetés par lui ; il moissonnera seulement le grain, la semence de ce qui a été semé du ciel, arrosé par la grâce, et mûri par le soleil de l’amour divin.

Dieu videra de toi tout ce que tu as, avant qu’il ne mette ce qui lui est propre. Il nettoiera d’abord tes greniers avant qu’il ne les remplisse avec le meilleur blé. « La rivière de Dieu est pleine d’eau » ; mais pas une goutte d’elle ne provient des sources terrestres. Dieu ne veut voir de force utilisée dans ses batailles que la force impartie par lui-même. Sommes-nous endeuillés à cause de notre faiblesse ? Prenons courage, car il doit y avoir une prise de conscience de la faiblesse avant que le Seigneur ne nous donne la victoire. Notre vide personnel est ce qui nous prépare à être rempli, et notre abaissement est seulement ce qui par nécessité précède notre relèvement. Quand je suis faible c’est alors que je suis fort, la grâce est mon bouclier et Christ mon chant.



^^ Revenir en haut ^^