Lévitique

Lévitique (Livre du)

- Titre.

- Le nom du livre dérive de la Septante : le livre des Lévites (membres de la tribu de Lévi consacrés au culte public). Les Juifs le nomment d’après les premiers mots : Et il appela. Le Talmud le désignait comme la loi des prêtres.

- Auteur.

- (V. Pentateuque). 56 fois, il est dit que Dieu communiqua ses paroles à Moïse (1.1, 4.1 ; 5.14, 20...). Le secrétaire Moïse apparaît peu dans le livre, le véritable auteur c’est Dieu lui-même : 31 fois, nous y lisons : Je suis l’Eternel, 21 fois : Je suis l’Eternel votre Dieu et 3 fois : Je suis (notez la relation avec les nombres sacrés 3 et 7). Les allusions du N. T. au Lévitique y associent le nom de Moïse #Mt 8.4 ; Lu 2.22 ; Heb 8.5

Les tablettes de Ras Shamra (1500-1300 av. J.-C.) portent des dispositions très semblables au sujet de la réglementation des sacrifices (ce qui répond à l’argument des critiques prétendant que ce code est trop détaillé pour pouvoir être si ancien). A part les deux très courts récits (10.1-7 ; 24.10-14), tout est donc "Parole de l’Eternel" ou description du culte prescrit par lui à Moïse. Malgré cela, les critiques rejettent la mosaïcité et l’authenticité du Lévitique. Ils en font un prétendu "Code sacerdotal," écrit par P (lettre mise pour Prêtres) vers 500 av. J.-C. ou un peu plus tard au retour de l’exil. Les prêtres juifs de cette époque, désireux de se donner une place en vue en Israël, auraient forgé tout ce rituel, en le mettant sous le nom de Moïse pour le faire plus facilement accepter. Une telle théorie, nullement démontrée, se heurte à de très graves objections. Malgré ce qu’on nous prétend de l’absence de notion de la propriété littéraire chez les Anciens, nommer 56 fois Moïse comme auteur d’une pareille "fraude pieuse" est tout à fait opposé au s. de la morale et de la vérité des Israélites. D’autre part, c’est une absurdité historique d’imaginer qu’un code de lois fabriqué si tardivement aurait été accepté par tous et, chose encore plus incroyable, reçu sans hésitation comme venant directement de Moïse à une telle époque. Il est évident, d’après le texte, que les ordonnances du Lévitique ont été données au Sinaï (1.1 ; 7.38 ; 26.46 ; 27.34), du vivant de Moïse et d’Aaron (8.1, etc.), avant l’entrée en Canaan (14.34 ; 25.1), dans le désert (16.22), alors qu’Israël vivait dans un camp (4.12 ; 10.4 ; 24.10), et qu’il existait un seul sanctuaire reconnu, la tente d’assignation (1.3, etc.). Les prêtres du temps d’Esdras auraient-ils vraiment pris tant de peine pour donner toute la couleur locale du désert au produit de leur imagination, presque 1000 ans plus tard ! Ceci est contre tout l’évidence interne du livre. On a prétendu enfin que le rituel lévitique était trop détaillé et formaliste pour remonter à Moïse. Or, les découvertes archéol. ont démontré que dans le Proche-Orient la codification des lois a existé beaucoup plus tôt que ne le pensaient les critiques. Les cérémonies relig. des grandes civilisations de cette époque étaient soigneusement réglementées. Les tablettes de Ras Shamra, qui datent du temps de l’Exode, mentionnent les "sacrifices pour le péché" et ont plusieurs points de ressemblance avec le Lévitique. La découverte, parmi les mss de la mer Morte d’une bonne partie des ch. 17-26 du Lévitique, apporte un fort argument de plus contre les thèses des critiques. Il n’y a aucune raison valable de douter de la mosaïcité du livre et de sa véracité.

- Date.

- Après l’érection du tabernacle entre le 1er avril et le 20 mai de la première année après la sortie d’Egypte (1445), donc au cours d’une période de 50 jours.

- Lieu.

- Au pied du mont Sinaï (25.1-2 ; 26.46 ; 27.34).

- Contenu.

- 1. Prescriptions concernant les sacrifices (1.1-7 ; cf. 7.37-38) : l’holocauste (ch. 1 ; 6.1-6) ; l’offrande de farine (2 ; 6.7-16) ; le sacrifice d’actions de grâces (3 ; 7.11-21, 28-38) ; le sacrifice d’expiation (4 ; 6.17-23).

2. Consécration d’Aaron et de ses fils au sacerdoce (8-9).

3. Châtiment de Nadab et Abihou, coupables d’avoir profané le sanctuaire ; ordonnances complémentaires dont la nécessité apparaît alors (10).

4. Lois sur la pureté concernant les aliments souillés, les maladies contagieuses, les fonctions naturelles (11-15) ; ces lois datent du séjour dans le désert (14.34 ; cf. 16.1).

5. Le grand jour des expiations (16), déjà prévu par Ex. 30.10.

6. Le code de sainteté (17-22).

7. Les fêtes et les ordonnances sociales (23-25).

8. Avertissements et prescriptions concernant les voeux et les dîmes (26-27).

- Caractéristiques.

- Nous trouvons 87 fois les mots saint et sainteté dans ce livre. C’est son thème central : comment s’approcher du Dieu saint et demeurer en communion avec lui, comment mener une vie sainte ? Genèse nous a montré la déchéance progressive de l’homme, Exode : la libération du peuple que Dieu a choisi pour ramener tous les autres à lui. Lévitique nous dit comment ce peuple purifié peut adorer et servir son Dieu. Le verset-clé se trouve dans 11.44 (répété 20.26) :Vous serez saints, car je suis saint. Ce livre souligne la nécessité de faire suivre la justification (Exode) de la sanctification. Le seul moyen de parvenir à Dieu est le sacrifice (ch. 1-6). Sans effusion de sang, pas de pardon (Hbr. 9.22 cf. Lv. 17.11).

- Les sacrifices. Selon l’ép. aux Hébreux, le culte lévitique était l’image et l’ombre des choses célestes, tandis que les sacrifices offerts sur l’autel constituaient le type du grand sacrifice de la Croix (8.4 ; 9.12, 23 ; 10.1, 11-12). Dans Lv. 1-7, les sacrifices sont présentés dans un ordre qui va de Dieu jusqu’à l’homme : l’holocauste et l’offrande de fleur de farine consumés sur l’autel (ch. 1-2) représentent Christ complètement offert à Dieu dans sa vie pure et dans sa mort. #Eph 5.2

Le sacrifice d’actions de grâces (ch. 3) illustre la communion établie entre Dieu et l’homme sur cette base. Le sacrifice d’expiation (ou de culpabilité : ch. 4 et 5) enseigne que seule l’expiation par le sang permet au pécheur d’être admis à une telle communion. V. Sacrifices.

- A côté de ces vérités fondamentales, le livre contient des leçons bien en avance sur son temps. Les leçons d’hygiène de Lv. 11-15 sont remarquables. Dieu s’occupe du bien-être matériel aussi bien que spirituel du peuple de l’Ancienne Alliance. A la sanctification doit correspondre la pureté corporelle. Est "impur" tout ce qui nuit à la santé et conduit à la mort (dans les 2 domaines). Relevez la façon dont sont notés les symptômes de cert. maladies (ch. 13). Les sources de contagion sont : les objets souillés (11.32, 34 ; 13.47 ; etc.), les personnes malades, avec des stades contagieux et non contagieux (13.8, 13, 45-46), les contacts (11.24, 26, 32), la nourriture avariée (11.40), les crachats (15.8), les excréments (15.31 ; Dt. 23.14-15 [23.13-14]). La désinfection se fait par l’eau vive (14-15), le feu (13.52, 55), le rasoir (14.8-9), la quarantaine (14.8, etc.), l’éloignement (14.40-45). La prophylaxie est aussi clairement enseignée (13-14). La nourriture joue évidemment un grand rôle dans la santé ; sont proscrits : les animaux morts ou malsains (11), la viande qui n’est plus fraîche (7.17-18 ; 19.6-8), l’eau stagnante (11.34, 36), le sang, très putrescible en pays chaud (7.26-27). On est stupéfait de trouver l’expr. populaire d’une science médicale aussi sûre, à une époque où régnaient l’ignorance et la superstition les plus profondes. Moïse parle comme s’il connaissait les découvertes toutes récentes de l’hygiène. Il n’a pu le faire que par révélation.

- La législation sociale du Lévitique est également en avance sur son époque, et sur la nôtre ! Des règles empreintes d’amour et de justice fixent la situation des ouvriers, des pauvres, des étrangers, des infirmes et des vieillards (ch. 19). L’argent ne doit porter ni intérêt, ni usure (25.36-37). Il n’y aura ni esclaves juifs, ni prostituées en Israël (25.39-55 ; 19.29). Les terres, également réparties entre les familles, sont inaliénables ; seul peut se vendre l’usufruit jusqu’au prochain jubilé (v. Jubilé ; 25.10). Il est abondamment pourvu au repos de tous : le sabbat (23.3), les fêtes chômées (plusieurs semaines par an, ch. 23), l’année sabbatique (25.4) et celle du jubilé (25.10-11). Quel régime

- ou même quel programme politique-oserait aujourd’hui proposer une telle solution ? Dieu seul le pouvait (25.18-22 ; Ps. 127.1-2). V. Lévites ; Sacrificateurs ; Expiation ; Pentateuque. D’autre part, les avertissements du Lévitique concernant l’occultisme, l’astrologie et le spiritisme (19.26, 31 ; 20.6, 27) gardent toute leur valeur.

- But.

- Le tabernacle est dressé. A présent, il s’agit de réglementer le culte qui y sera célébré. Le contenu de ce livre était destiné en premier lieu aux sacrificateurs et aux Lévites pour leur inculquer la manière d’accomplir leur service. Mais, comme chaque Israélite était concerné par l’accès auprès de Dieu et le maintien de la communion avec lui, tous devaient le lire. Les sacrifices rappelaient aux uns comme aux autres qu’ils étaient pécheurs, dépendants du pardon divin, que Dieu attendait d’eux une vie sainte, mais qu’ils ne pouvaient pas la mener par leurs propres forces. La seule manière de rétablir la communion avec Dieu était l’expiation par substitution d’une victime innocente au coupable (ch. 4-5), jointe, au besoin, à une réparation du tort causé au prochain (5.20-26). Les trois premiers sacrifices, par contre, illustraient les principes d’une vie sainte : consécration à Dieu (ch. 1), générosité (2) action de grâces, louange (3). Le sacrifice de Christ sur la croix englobait tous ces aspects. En lisant ce livre à la lumière de l’épître aux Hébreux, nous pouvons découvrir, sous ces symboles, l’exigence de Dieu, ses droits sur notre vie entière et la manière dont il voudrait que ses rachetés vivent.

- Plan.

- Le livre répond à deux questions :

1. Comment s’approcher de Dieu (ch. 1-10),

2. Comment mener une vie sainte sous son regard (11-27).

I. Le chemin vers Dieu ch. 1-10

...par les sacrifices et les offrandes ch. 1-7

...par la médiation des sacrificateurs ch. 8-10

II. Le chemin de la communion avec Dieu ch. 11-27

....mener une vie de pureté ch. 11-15

....culte ch. 16-17

....relations humaines : famille, société ch. 18-22

....fêtes et ordonnances diverses ch. 23-25

....voeux et dîmes ch. 26-27



^^ Revenir en haut ^^