Accueil > Edification > Méditations > Lève-toi aquilon ! Viens, autan (...)

Lève-toi aquilon ! Viens, autan !

Lève-toi aquilon ! Viens, autan ! Soufflez sur mon jardin, et que les parfums s’en exhalent ! Ca 4:16

N’importe quoi est bien meilleur que la mort calme de l’indifférence. Nos âmes peuvent sagement désirer le vent du nord du trouble, si lui seul peut être sanctifié pour exhaler le parfum de nos grâces, aussi longtemps qu’il ne peut être dit : Le Seigneur n’était pas dans le vent nous ne nous rétracterons pas devant le souffle le plus hivernal qui ait jamais frappé les plantations de la grâce. L’épouse, dans ce verset ne se soumet-elle pas aux blâmes de son bien-aimé ?

Elle se contente seulement de le supplier d’envoyer sa grâce sous quelque forme que ce soit, en ne stipulant d’aucune manière comment cette grâce devait se manifester. Et comme nous-mêmes, ne devint-elle pas fatigante au plus haut point, et fatiguée de dessèchement et sans sainteté aucune puisqu’elle soupira après quelque visitation qui l’aurait enrôlée, entraînée à l’action ? Et encore elle désire le vent chaud du sud, le vent du réconfort, ainsi que les sourires de l’amour divin, la joie de la présence du Rédempteur ; ceux-ci sont souvent puissamment effectifs pour éveiller nos vies paresseuses.

Elle désire l’un ou l’autre ou bien les deux afin qu’elle puisse se réjouir en son bien-aimé avec les parfums de son jardin. Elle ne peut supporter d’en être privée ni nous non plus. Combien il est réjouissant de penser que Jésus peut trouver réconfort en nos pauvres et faibles grâces. Peut-il en être ainsi ? Il semble que ce soit trop beau pour être vrai. Puissions-nous passer par l’épreuve et même la mort elle-même si cela peut nous permettre de contenter le cœur d’Emmanuel.

Oh que nos cœurs soient réduits en poussière si seulement par un tel brisement notre doux Jésus est glorifié. Des grâces non mises à profit sont telles que les parfums qui sommeillent dans les fleurs. La sagesse du Grand Mari règle souverainement dans la diversité et la contradiction des éléments pour produire le résultat désiré, et fait abonder par l’affliction et la consolation, la reconnaissance et la foi comme un parfum, ainsi que l’amour, la patience, l’espérance, la résignation, la joie, et autres belles fleurs du jardin. Puissions-nous par la douce expérience comprendre ce que cela signifie.



^^ Revenir en haut ^^