Accueil > Edification > Prédications > Pasteur Eric FAU > Les chiens de berger ou l’exercice (...)

Les chiens de berger ou l’exercice du pouvoir

Dans l’Evangile selon Luc nous trouvons au chapitre 12 v.35 une série d’exhortations nous invitant à demeurer vigilant afin d’être, à tout moment, prêt au retour du Seigneur … il nous est parlé de cet esclave attendant le retour de son maître prêt à toute heure du jour et de la nuit !
prêt et vigilant
… cette vigilance de la fin des temps dans le contexte s’adresse à tous ; Mais combien il est cependant intéressant de noter qu’avant ces exhortations, Christ invite ses disciples à une autre chose : à la confiance… il parle à ses disciples, il parle à son Eglise un langage emprunt de bonté et d’amour … Soudain c’est la Parole rassurante du bon berger, nous la découvrons en Luc 12.32 « N’aie pas peur, petit troupeau ; car il a plu à votre Père de vous donner le Royaume. »
Pourquoi cette invitation avant ces temps difficiles à la confiance ? Pourquoi ces mots « N’aie pas peur, petit troupeau »
Parce que Jésus sait que ses disciples vivront bientôt tous les symptômes du troupeau dans l’angoisse !
De toute évidence, de tout temps l’Eglise du Seigneur, l’ensemble de ceux qu’il a racheté par grâce, a constitué un PETIT troupeau… « Il y a de tout temps toujours eu beaucoup d’appelés mais peu d’élus »
Ce troupeau, si beau, celui que notre Père a conçu, a gesté comme une mère dans son sein, notre Dieu la porté dans son cœur ; chacune de ses brebis, il l’a connue par avance, il nous a conçu, aimé, racheté par avance… chacun de vous chacun de nous, nous sommes tellement précieux à ses yeux… ( dans ses yeux comme maman attend un bébé !!!)

Ce troupeau si important, nous le savons tous, a pour
acte fondateur.. la sortie d’Egypte
Exode 15:13 le cantique de Moïse chante la gloire du Dieu rédempteur
« Par ta miséricorde tu as conduit, Tu as délivré ce peuple ; Par ta puissance tu le diriges vers la demeure de ta sainteté. »

Nous étions tous errant comme des brebis perdues, Dieu a vu notre misère derrière ce fleuve aux eaux noires … il avait beau nous appelés nous étions comme des brebis incapables de traverser !!!
Alors il nous a rejoint dans notre lieu, il est venu connaître notre chez nous, habiter sous le toit de notre cœur de misère, et
… à partir de ce moment, puisqu’il connaît si bien nos angoisses, il nous met en marche comme un bon berger met en marche sa brebis.. c’est ce que dit le Psaumes 77:21

« Tu as conduit ton peuple comme un troupeau, par l’intermédiaire de Moïse et d’Aaron. »

De plus ce troupeau si important, s’il a pour acte fondateur.. la sortie d’Egypte , il a aussi , ce n’est pas un secret
… pour texte fondateur, la brebis muette d’Esaïe…
celle qui est opprimée, celle qui n’a pas droit à la Parole « Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche » Esaïe 53:7 le psaume 44 appuie cette pensée en déclarant Psaumes 44:23 « Mais c’est à cause de toi qu’on nous égorge tous les jours, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. »

Fondamentalement le troupeau du Seigneur se perçoit, se ressent fragile !!! « N’aie pas peur … » me dit Jésus en ce beau texte de Luc 12.32 Je suis le Bon Berger …
le souverain Berger, je marche au milieu des chandeliers, je tiens les étoiles dans ma main
C’est vrai petit troupeau tu est fragile face aux attaques du dehors …
mais aussi, et peut-être bien plus à cause des de nos faiblesses à nous bergers, les pasteurs qui peuvent paître le troupeau…

C’est le grand Homère qui déjà au IX s. avant JC mettait en garde
« Les mauvais bergers sont la ruine du troupeau »

Cette fragilité face aux défis internes Paul l’exprimera lui en ces termes Actes 20:29 « Je sais qu’il s‘introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, »

Triste échos néotestamentaire d’un (ou des ) avertissements de siècle du prophète Jérémie
« Malheur aux pasteurs qui détruisent et dispersent le troupeau de mon pâturage ! dit l’Eternel. » Jérémie 23 :1

REVENONS A NOTRE QUESTION PREMIERE Pourquoi donc cette invitation avant ces temps difficiles à la confiance ?

Pourquoi ces mots « N’aie pas peur, petit troupeau » ?
...A l’évidence parce que le troupeau devra apprendre à traverser cette période troublée de la fin des temps pour entrer dans le Royaume « N’aie pas peur, petit troupeau ; car il a plu à votre Père de vous donner le Royaume. »
Pour ce faire, il faudra au troupeau l’intelligence du cœur pour accepter d’être, comme la brebis des bergers des alpages français canalisé dans sa marche par les chiens de bergers.
Ces aide bergers qui alors que le souverain berger marche devant, rassemblent, rattrapent, parfois même mordillent au talon la brebis qui s’égare… la brebis, à dit un auteur , c’est l’animal nomade, c’est l’animal du bon pasteur, c’est l’animal mythique, et surtout, c’est l’animal le plus dépendant, élevé par le plus indépendant des hommes.
Je vais donc me servir des caractéristiques réelles d’un troupeau en France métropolitaine pour illustrer la richesse de la souveraineté du Dieu Vivant dans les dons ( je ne sous-entends par ce mots DON ici du tout l’idée de cadeau … mais simplement le fait que si un aide berger est véritablement donné par Dieu , il n’est certes pas toujours un cadeau en lui-même, mais il est toujours un don… un peu comme un outil donné pour un temps pour accomplir une tâche )
Je vais donc– étais-je en train de dire – me servir des caractéristiques réelles d’un troupeau pour illustrer la richesse de la souveraineté du Dieu Vivant dans la variétés des dons qu’Il fait à son troupeau
Savez-vous que dans la réalité ces types de chiens … collaborent pour aider le berger à conduire son troupeau… Nous l’avons dit … il y en a trois grandes catégories ; il a tout d’abords le PATOU… ( Nom pastou… pastoral …)
Le Patou est un chien imposant ; = chien de protection et de garde. Est-il dangereux pour le troupeau… absolument pas
Dans ce sens nous nous souvenons, que nous avons beau peser lourd, Pierre nous rappelle dans son épître que le dirigeant ne peut pas se servir d’un certain OUTIL de commandement dans l’Eglise du Seigneur 1 Pierre 5:2-3
« Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde,
• non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ;
• non pour un gain sordide, mais avec dévouement ;
• non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau.. »
c’est en cela que la fonction pastorale exercée selon Dieu est profondément complexe, parfois même, j’ose le dire, ingrate au premier abord et donc forcement, si souvent mal comprise des brebis elles-mêmes …

si une brebis se perd, Dieu ME demande des comptes …
mais quand elle devient difficile et veut brouter ailleurs, voir faire du mal aux autres, je ne peux me servir des outils des dirigeants du monde, ex la domination … pour lui éviter de se faire mal à elle et aux autres …

malheureusement tous les troupeaux du monde fonctionnent par imitation … si une brebis va au bords du précipice voir la beauté du paysage, il est fort à parier que d’autres vont la suivre… d’où l’expression « mouton de Panurge » …

Comment le Patou régle-t-il le Pb … par la confiance Le Patou grandit avec les agneaux. Et comme il a grandit avec eux, son statuts imposant les rassure sans les effrayer !

Réalisons que pour certains cette image de l’homme fort, seul capable de protéger du dominateur, seul rempart en face du loup ravisseur est quasi consubstantiel de l’âme antillaise … c’est la mythe fondateur de l’esprit de liberté national … celui du Neg Marron se dressant tel un matador pour affronter l’oppresseur !

Ne pourrait-on pas en conséquence dire qu’à cause du besoin historique de l’homme fort pour sauver le peuple opprimé… l’image du serviteur souffrant devient parfois déstabilisante. Comme Israël, nous aurons toujours parce que Dieu ne nous semble plus si proche, un homme fort qui marche devant, qui rassure, et non pas un vainqueur qui accepte de se laisser crucifier…

Peut-être est-ce que je me trompe, mais il me semble que souvent COMME par principe ceux qui SONT dirigeant ne peuvent être dans l’inconscient collectif que des dominateur et donc spontanément CELUI qui s’élève contre tout POUVOIR aura d’emblée l’appui des plus faibles.
C’est vrai quand la foule spontanément se dresse contre le gendarme d’abords, pour réfléchir ensuite ! Ce scénario de vie ne se reproduit-il pas régulièrement dans toute la Caraïbe contre toutes les formes de pouvoir… patronat, gendarme, autorité civile … le leit-motiv séculaire c’est le POUVOIR CORROMPT … méfions-nous en ! Doit-on se méfier du pouvoir de ceux que le souverain berger place à notre tête, du moins s’il est clair que ce placement vienne de lui … ???
Curieuse impression, que celle rendue par certaines réaction comme si au fond ‘‘nous’’ avions, parfois ( pas toujours, et pas tout le monde) mais parfois comme un besoin VITAL de pouvoir de remettre en cause l’exercice de ceux qui détiennent le pouvoir… et que ce sentiment deviendrait alors profondément salutaire car il me rassurerait
… « N’aie pas peur, petit troupeau » Tu ne n’es pas dans un scénario de vie qui reproduit le schéma ‘‘dominant-dominé’’ Comme le dit fort bien Maurice DRUON romancier français contemporain
« Du moment que le pouvoir peut être contesté, il est forcément consenti »
Vrai il est possible que survienne des abus… = échecs !

Ne soyons pas trop français  LOUIS XVI .
« les français savent gagner les batailles mais ils ne savent pas les perdre, et le moindre échec est pour eux une entière déroute et un malheur presque irréparable »

Ce fut le cas pour les Galates ….
Gal 3.1 « O Galates, dépourvus de sens ! qui vous a fascinés baskainw, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié ? »
1) parler en mal de quelqu’un, calomnier, médire
2) apporter le mal sur quelqu’un par une invocation ou un mauvais oeil 3) charmer, ensorceler, fasciner, jeter un sort

… « N’aie pas peur, petit troupeau » c’est qu’un petit troupeau ressent vite une sentiment de fragilité… normal et je réagis alors comme si je voulais être certain que ne se reproduirait pas ce cycle d’asservissement des consciences…
( à la limite, un trop grand respect même, ou encore la grande affection paraitront à certains être suspects… cette brebis ne se met-elle pas sous un joug comme captive, comme subjugué par une manipulation ? ) …

S’il est vrai que par nature, je crois au plus profond de moi-même qu’il faut toujours garder cette possibilité salutaire d’interroger la légitimité d’une autorité,
je crois avec tout autant de force qu’à cause du troupeau, des sensibilité de telle ou telle brebis qui risquerait de perdre confiance en son patou ( en voyant en lui tantôt UN DOMINANT tantôt UN INCAPABLE ) qu’il faut pour le croyant demander à Dieu de donner une cœur confiant de brebis en son berger ( sous-berger… il a peut être ses faiblesses… mais est-il sincère, travailleur et humble… alors marchons avec lui ) ,

Seul , petit soucis avec ce fidèle PATOU, les bergers des alpages vous le disent : souvent le Patou fait du troupeau SON territoire
(… parfois n’est-ce pas vrai vous entendez de ces bergers Patou parler de l’Eglise du Souverain Berger comme LEUR église … ) et on rouspète mais à la fois cette présence forte rassure le troupeau… si vient le LOUP le patou le mettra en fuite… on veut alors des bergers chasseurs de démons, des pourfendeurs à voix puissante de la Puissance de l’ennemi
Dernier soucis pour le Patou… la cohabitation, Il n’est pas très sociable avec ses congénères ; sa taille peut parfois le rendre dangereux en cas de conflits. Il a les moyen de ses combats.- c’est ce que nous disent les bergers des alpes - si le Patou fait, du fait qu’il a grandit avec elles, des brebis ses amies, on comprendra facilement au vu de son caractère indépendant et son entêtement que c’est un chien très dominant, POSSESSIF qui demande une éducation ferme… ( Bibliquement dans l’Eglise… l’épreuve sera l’éducation du maître ! ),
C’est pourquoi on associe au Patou souvent l’un ou l’autre de ces deux autres races de chiens de berger.
Le Border Collie d’origine écossaise, ils sont à dominance noir avec du blanc sur les pattes, ce sont des chiens qui sont très calmes, dociles, passionnés par leur travail et qui sont très facile à diriger.
La plus grande qualité du Border collie est de savoir contourner rapidement et efficacement son troupeau.
C’est un chien qui circule partout, qui agit et réagit sur chaque situation demandant de l’aide…

Il existe ainsi de ces leaders… qui sont de véritables sapeurs pompiers… toujours sur une situation brulante pour l’éteindre, prêt d’une brebis souffrante…Ce sont les chiens BARNABAS, JEAN, AMOS…

1 Pierre 5.2 et 3
Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec dévouement ; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau.

Fr Dambos…

Celui qui est également associé au Patou… c’est Le Labrit d’origine Pyrénéenne, c’est la race traditionnelle des bergers de cette chaîne d’où son nom de Berger des Pyrénées.
Généralement il est de couleur blanc, beige ou marron.
C’est un chien très robuste et courageux qui peut maîtriser seul un troupeau de huit cent moutons, grâce à son intelligence.
Mais au contraire du Border Collie, il aboie beaucoup et il est très nerveux avec une énergie abondante…

Ce sera un sous berger… un -Paul, Esdras, David…

Leur trop plein d’énergie peut parfois fatiguer le troupeau…lui donner le tournis… mais il est utile pour canaliser les milles et unes taches incombant aux sous-bergers…la où le PATOU se préocupe de l’intérieur du troupeau… le Labrit gère les choses autour…
entendez Paul… au sein de sa souffrance 2 Corinthiens 11:28 « Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Eglises. »

Puissions-nous avancer ensemble dans la confiance mutuelle brebis et aides-berger ? Laissons le Seigneur … diriger son troupeau… c’est pourquoi j’aime le travail en équipe… je crains parfois cette idée de Moïse en « Nombres 27:15 à 17
« Moïse dit au SEIGNEUR :Que le SEIGNEUR, le Dieu du souffle de tout être, nomme à la tête de la communauté un homme qui parte en campagne devant eux et qui en revienne devant eux, qui les mène en campagne et qui les en ramène, pour que la communauté du SEIGNEUR ne soit pas comme un troupeau qui n’a pas de berger. »

cette aspiration au besoin d’un leadership fort conduira Israël à rejeter sa relation directe avec Dieu pour se placer sous la médiation du Roi demandé sous le ministère sa Samuel !

Sachons comprendre la richesse des outils que Dieu placent à notre disposition et en tant que brebis… savoir les apprécier tous dans leur diversité parce que chacun est FONDAMENTALEMENT UTILE au bien être du troupeau !



^^ Revenir en haut ^^