Accueil > Edification > Méditations > La tristesse selon Dieu produit une (...)

La tristesse selon Dieu produit une repentance à salut

2 Corinthiens 7 V 10

Un deuil spirituel authentique en raison du péché est l’œuvre de l’Esprit de Dieu. La repentance est une fleur trop précieuse pour qu’elle pousse dans le jardin de la nature. Les perles se forment naturellement dans les huîtres, mais la pénitence ne se montre jamais chez les pécheurs, à moins que la grâce la façonne en eux.
Si vous possédez une seule particule de véritable haine du péché, elle doit vous venir de Dieu, car les ronces de la nature n’ont jamais produit de figue.
« Ce qui est né de la chair est chair. »
La repentance authentique se réfère distinctement au Sauveur. Lorsque nous nous repentons du péché, nous devons avoir un œil porté sur le péché, pendant que l’autre se tourne vers la croix. Ce sera même mieux encore si nous fixons les deux yeux sur Christ et si nous voyons nos transgressions seulement à la lumière de son amour.
La vraie tristesse pour le péché est éminemment pratique. Personne n’a le droit de dire qu’il hait le péché alors qu’il s’y vautre. La repentance nous fait voir l’horreur du péché, non seulement dans la théorie, mais de manière expérimentale, comme un enfant qui s’est brûlé craint désormais le feu. Nous aurons grand peur du péché, comme l’homme qui vient de se faire dévaliser craint le voleur. Nous éviterons le péché, en toutes choses, non seulement sous ses formes grossières, mais dans les petites aussi. Les hommes s’écartent des petites vipères comme des gros serpents.
Une vraie tristesse pour le péché nous rend très vigilants à l’égard de notre langue, de peur que nous ne disions une mauvaise parole. Nous veillons alors avec soin sur nos actions quotidiennes, de peur d’offenser en quoi que ce soit. Et chaque soir, nous terminons la journée par une douloureuse confession des manquements qui l’ont jalonnée. Chaque matin, nous nous éveillons en demandant avec ardeur à Dieu de nous soutenir afin que nous ne péchions pas contre lui.
Une repentance sincère est continuelle. Ce n’est pas une source intermittente. Les croyants se repentent jusqu’au jour de leur mort. Tous les chagrins s’estompent dans le temps, mais cette tristesse bénie grandit à mesure que nous croissons. Elle renferme une amertume si douce, que nous louons Dieu de ce qu’il nous permet d’en jouir et d’en souffrir jusqu’à notre entrée dans notre repos éternel.

Charles SPURGEON



^^ Revenir en haut ^^