Accueil > Edification > Méditations > La belle-mère de Simon était couchée, (...)

La belle-mère de Simon était couchée, ayant la fièvre ; et aussitôt on parla d’elle à Jésus.

La belle-mère de Simon était couchée, ayant la fièvre ; et aussitôt on parla d’elle à Jésus.

Ce petit coup d’šil dans la maison de l’Apôtre pêcheur est très intéressant. Nous voyons immédiatement que les joies et les soucis de cette maison ne gênent en rien le plein exercice du ministère, et même, quand ils fournissent une occasion pour témoigner personnellement de la grâce offerte par le Seigneur de par sa chair et son propre sang, ils peuvent instruire celui qui prêche bien mieux que toute autre discipline terrestre.

Les partisans du Pape et autres sectaires peuvent décrier le mariage, mais le vrai Christianisme et la vie de la maison cohabitent bien ensemble. La maison de Pierre était très probablement une pauvre cabane de pêcheur, mais lorsque le Seigneur de Gloire y est entré et y a séjourné, Il a accompli un véritable miracle. Que ce petit passage soit lu ce matin dans une maison simple, et que, de ce fait, cela encourage les occupants à chercher la compagnie du Roi Jésus. Dieu se trouve plus souvent dans les modestes cabanes que dans les riches palais.

Jésus promène son regard dans votre pièce maintenant, et attend pour vous délivrer sa grâce. La maladie s’était introduite dans la maison de Simon, une fièvre mortelle avait terrassé sa belle-mère ; aussitôt Jésus arriva et dès qu’ils lui eurent annoncé leur triste détresse, Il s’est empressé d’aller au chevet de la malade. Est-ce que vous avez de la maladie dans votre maison ce matin ? Vous allez découvrir que Jésus est de loin le meilleur médecin, allez vers Lui tout de suite et dites Lui ce qui ne va pas. Exposez-Lui immédiatement votre cas.

Cela concerne l’un des siens, et par conséquent il ne restera pas indifférent. Observez bien : Le Sauveur a restauré aussitôt la femme malade ; aucun ne peut guérir comme il l’a fait. Nous ne sommes pas certains que le Seigneur enlève sur le champ toute la maladie de ceux pour qui nous avons de l’affection, mais nous devons savoir que la prière fervente envers le malade est de loin plus efficace quant au suivi et au rétablissement que n’importe quel autre moyen dans le monde ; et quand cela ne tourne pas à nos avantages, nous devons nous courber avec soumission devant la volonté de Celui par qui la vie et la mort sont déterminées.

Le tendre cœur de Jésus est prêt à nous écouter et s’attend à ce que nous Lui faisions part de nos douleurs ; puissions-nous tout lui dire devant sa patience.

Ez 5:1-9:11



^^ Revenir en haut ^^