Accueil > Prédications > LE PECHE

LE PECHE

...

Le péché est une donnée que les croyants comprennent plus ou moins bien car l’Ecriture est ce qu’elle est, plus on va l’approfondir, plus nous allons comprendre le péché dans ce qu’il a comme caractère de puissance corruptrice. Plus l’étude de l’Ecriture sera profonde, plus la mort de Christ aura une signification profonde pour nous car elle ne peut concerner que la race humaine, coupable devant Dieu.
Le péché est l’un des domaines le moins bien compris des individus, car souvent les êtres humains ont tendance à considérer qu’il y a de l’abus dans le langage, parce que la Bible traite les hommes de coupables, de pêcheurs, de corrompus et il y a un problème de compréhension, car le péché est minimisé.
Il faut être conscient que le plus important est ce que Dieu pense et dit des hommes et non pas la société. D’ailleurs la société évoluant, les valeurs qui étaient prônées avant ne le sont plus actuellement.
La réponse sur la question du péché c’est la Bible qui la donne et c’est le Seigneur qui la donne.
Le texte de Job
31:1J’avais fait un pacte avec mes yeux, Et je n’aurais pas arrêté mes regards sur une vierge.
2 Quelle part Dieu m’eût-il réservée d’en haut ? Quel héritage le Tout-Puissant m’eût-il envoyé des cieux ?
3 La ruine n’est-elle pas pour le méchant, Et le malheur pour ceux qui commettent l’iniquité ?
4 Dieu n’a-t-il pas connu mes voies ? N’a-t-il pas compté tous mes pas ?
5 Si j’ai marché dans le mensonge, Si mon pied a couru vers la fraude,
6 Que Dieu me pèse dans des balances justes, Et il reconnaîtra mon intégrité !
7 Si mon pas s’est détourné du droit chemin, Si mon coeur a suivi mes yeux, Si quelque souillure s’est attachée à mes mains,
8 Que je sème et qu’un autre moissonne, Et que mes rejetons soient déracinés !”
9 Si mon cœur a été séduit par une femme, Si j’ai fait le guet à la porte de mon prochain,
10 Que ma femme tourne la meule pour un autre, Et que d’autres la déshonorent !
11 Car c’est un crime, Un forfait que punissent les juges ;
12 C’est un feu qui dévore jusqu’à la ruine, Et qui aurait détruit toute ma richesse.
13 Si j’ai méprisé le droit de mon serviteur ou de ma servante Lorsqu’ils étaient en contestation avec moi,
14 Qu’ai-je à faire, quand Dieu se lève ? Qu’ai-je à répondre, quand il châtie ?
15 Celui qui m’a créé dans le ventre de ma mère ne l’a-t-il pas créé ? Le même Dieu ne nous a-t-il pas formés dans le sein maternel ?
16 Si j’ai refusé aux pauvres ce qu’ils demandaient, Si j’ai fait languir les yeux de la veuve,
17 Si j’ai mangé seul mon pain, Sans que l’orphelin en ait eu sa part,
18 Moi qui l’ai dès ma jeunesse élevé comme un père, Moi qui dès ma naissance ai soutenu la veuve ;
19 Si j’ai vu le malheureux manquer de vêtements, L’indigent n’avoir point de couverture,
20 Sans que ses reins m’aient béni, Sans qu’il ait été réchauffé par la toison de mes agneaux ;
21 Si j’ai levé la main contre l’orphelin, Parce que je me sentais un appui dans les juges ;
22 Que mon épaule se détache de sa jointure, Que mon bras tombe et qu’il se brise ! 23 Car les châtiments de Dieu m’épouvantent, Et je ne puis rien devant sa majesté.”
24 Si j’ai mis dans l’or ma confiance, Si j’ai dit à l’or : Tu es mon espoir ;
25 Si je me suis réjoui de la grandeur de mes biens, De la quantité des richesses que j’avais acquises ;
26 Si j’ai regardé le soleil quand il brillait, La lune quand elle s’avançait majestueuse, 27 Et si mon cœur s’est laissé séduire en secret, Si ma main s’est portée sur ma bouche ;
28 C’est encore un crime que doivent punir les juges, Et j’aurais renié le Dieu d’en haut !
29 Si j’ai été joyeux du malheur de mon ennemi, Si j’ai sauté d’allégresse quand les revers l’ont atteint,
30 Moi qui n’ai pas permis à ma langue de pécher, De demander sa mort avec imprécation ;
31 Si les gens de ma tente ne disaient pas : Où est celui qui n’a pas été rassasié de sa viande ?
32 Si l’étranger passait la nuit dehors, Si je n’ouvrais pas ma porte au voyageur ;”
33 Si, comme les hommes, j’ai caché mes transgressions, Et renfermé mes iniquités dans mon sein,
34 Parce que j’avais peur de la multitude, Parce que je craignais le mépris des familles, Me tenant à l’écart et n’osant franchir ma porte…
35 Oh ! qui me fera trouver quelqu’un qui m’écoute ? Voilà ma défense toute signée : Que le Tout-Puissant me réponde ! Qui me donnera la plainte écrite par mon adversaire ?

Le texte dépeint un homme unique en son genre, et on a envie de dire que Job a son passeport pour le ciel.
Voyons la réponse de Dieu à cet homme qui est un juste, un homme de bien.
CH 38 V 1 :
L’Eternel répondit à Job du milieu de la tempête : Qui est celui qui obscurcit mes plans par des discours sans intelligence.
C’est ce que Dieu répond à cet homme hors du commun, qu’il ne sait et ne connaît rien.
Le péché a une puissance telle que nous ne pourrons jamais nous en débarrasser.
Le péché est dans notre respiration, dans nos rêves, nos pensées, les gestes que nous allons faire, ceux que nous n’allons pas faire.
Le péché est une folie et nous aimons la folie, c’est une jouissance, c’est agréable, on se sent bien après le péché, on a l’impression d’être puissant, c’est quelque chose qui dans notre pensée participe naturellement à la folie qui est en chacun de nous.
Quelqu’un qui n’est pas converti ne peut pas bien comprendre ce qu’est la gravité du péché, le péché l’a souillé, l’a enlaidi et nécessairement coupé de la relation avec Dieu.
Le péché constitue une barrière et celui qui n’est pas converti n’est pas comme le chrétien qui est quelqu’un d’à part, il n’est plus sous la condamnation du péché, pas parce qu’il est meilleur, pas parce qu’il ne pèche pas, mais c’est quelqu’un qui a écouté ce que Dieu dit concernant le péché et qui a fait ce que Dieu lui a préconisé de faire par rapport au péché.
Dieu est en colère contre tous les individus qui sont dans leurs péchés et il faut comprendre cela pour désirer se repentir devant lui.
Dieu a permis que lorsqu’un croyant a compris que le péché est une monstruosité, il cherche un refuge auprès de celui que Dieu a envoyé comme victime du péché. C’est la seule solution qui règle aux yeux de Dieu le statut d’hommes et de femmes corrompus.
Les religions se sont efforcées de proposer à l’intelligence de l’homme, un Dieu qui a donné un salut universel, qui a décidé que parce qu’il est amour, ne va jamais perdre les individus et ne va jamais les laisser aller dans un lieu de tourments car c’est incompatible avec l’amour de Dieu dit-on, c’est ce que beaucoup de religions disent : Dieu est amour.
Mais si Dieu est le Dieu des religions, sauvant tout le monde, ne faisant pas cas de la révolte humaine, de la noirceur de la vie humaine en matière de désobéissances, de péchés, si Dieu est ce Dieu là cela signifie qu’il y a de la corruption aussi en lui. Par conséquent ce sont les hommes qui ont le problème.
Dieu est absolument Saint et sa sainteté va exiger que chaque coupable paie à moins que Christ n’ait mis la couverture de sa sainteté sur le pécheur coupable pour que désormais Dieu ne voit plus le péché du coupable mais la pureté de Christ qui le recouvre, sinon personne ne peut être sauvé.
Si Dieu est amour, Dieu est également un juste juge et s’il est un juste juge, il faut que le coupable paie pour ses péchés et aucun coupable n’a de chance devant ce juste juge, c’est cela l’évangile et pas l’amour universel de Dieu qui sauve tout le monde. Le coupable doit payer, Dieu ne tient pas le coupable pour innocent.
La véritable conception du péché c’est la Bible qui nous la donne. Et la plus belle des nouvelles c’est lorsqu’en face de la condamnation qui pèse sur le pécheur, Dieu dit qu’il envoie pour le sortir de cette condamnation le Seigneur Jésus qui est l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde.
Devant ce drame du péché, il n’y a pas d’autres solutions que d’accepter Celui qui est l’Agneau de Dieu, le seul qui peut ôter les péchés du monde et qui se propose d’effacer les péchés.
Si le pécheur n’expérimente pas le pardon de Dieu et que c’est seulement le fait de le savoir, de l’entendre, le pécheur ne peut être sauvé, il est perdu.
Dieu veut régler le péché de chaque homme individuellement qui ne connaît pas Dieu afin qu’il soit pardonné et reçoive la vie éternelle.
Job pensait que quelqu’un comme lui, il était impeccable au CH 31 et Dieu lui dit d’où lui vient cette folie de s’opposer à ses plans, à lui, d’ériger en valeur des choses qui sont fausses aux yeux de Dieu, il se voit bien impeccable selon ses yeux, mais face à la sainteté de Dieu il devait apprendre de Dieu c’est la vérité que nous tirons de ce texte de Job.

Pasteur Paul MOULIN



^^ Revenir en haut ^^