Accueil > Edification > Méditations > L’Éternel regarde du haut des cieux, (...)

L’Éternel regarde du haut des cieux, Il voit tous les fils de l’homme

L’Éternel regarde du haut des cieux, Il voit tous les fils de l’homme ;

Peut être qu’il n’y a aucune parole qui puisse représenter Dieu donnant une idée de plus de grâce que lorsqu’on en parle comme se penchant de son trône, et descendant des cieux pour pourvoir aux besoins et voir les malheurs de l’humanité. Nous l’aimons lui, qui lorsque Sodome et Gomorrhe étaient remplies d’iniquités n’a pas détruit ses villes jusqu’à ce qu’il les ait visitées personnellement.

Nous ne pouvons pas empêcher notre cœur de déverser de l’affection pour notre Seigneur, qui incline son oreille des sommets de la gloire, et la met sur les lèvres du pécheur mourant, dont le cœur défaillant languit après la réconciliation. Comment est-il possible de ne pas l’aimer quand nous savons qu’il compte tous les cheveux de notre tête, marque notre chemin et commande nos voies ? Cette grande vérité est spécialement rappelée à notre cœur, quand nous nous souvenons combien il est attentif, pas simplement aux préoccupations temporelles de ses créatures, mais aux soucis spirituels.

Bien que des kilomètres de distance s’étendent entre la créature limitée et le créateur infini, néanmoins il y a des maillons qui les unissent. Quand tu essuies une larme, ne pense pas que Dieu ne le voit pas ; car comme un père a compassion de ses enfants, « l’Éternel a compassion de ceux qui le craignent ». Ton soupir peut émouvoir le cœur de l’Éternel, ton chuchotement peut incliner son oreille vers toi, ta prière peut le retenir, ta foi peut bouger son bras. Ne pense pas que Dieu soit assis dans les hauteurs ne tenant pas compte de toi. Souviens-toi que cependant tu es pauvre et besogneux, néanmoins le Seigneur pense à toi. Car les yeux du Seigneur vont et viennent parcourant la terre entière, pour se montrer puissant à ceux dont le cœur est parfait envers lui.

Oh ! répète la vérité qui ne fatigue jamais
Aucun dieu est comme le Dieu que mon âme désire
Lui à la voix duquel les cieux tremblent,
Même lui grand comme il est,
Sait comment se pencher vers moi au moindre de mes soupirs.

Za 1:1-7:14



^^ Revenir en haut ^^