Accueil > Edification > Prédications > Pasteur Jean-Elie MOULIN > L’Epanouissement Spirituel 3

L’Epanouissement Spirituel 3

L’EPANOUISSEMENT SPIRITUEL 3

JEAN 16.33
S’EPANOUIR SPIRITUELLEMENT DANS UN MONDE HOSTILE

Contexte : le Seigneur vit ses dernières heures. Les moments qu’ils lui restent sont précieux et lourds de signification.
Que fait-il ? Il s’attelle à réconforter ses disciples ! A les préparer pour ce qui vient : il leur parle de la venue de l’Esprit, il leur parle de réjouissance, de prières exaucées mais il leur parle avant tout d’épreuves, de tristesse, et même d’abandon et de trahison : v 32a

I NOTRE CONTEXTE
A- La recherche de paix
Les disciples doivent être en paix, ils en ont besoin car l’atmosphère et l’attitude bizarre du Seigneur ne sont pas pour les rassurer.

Le chrétien a besoin de paix. La paix est "une absence ou une cessation de conflits, c’est la tranquillité, la quiétude exempte de bruit, d’agitation, désordre." C’est la sérénité de l’esprit" dans ce cas ((Le Petit Larousse Illustré. LAROUSSE, 21, Rue du Montparnasse 75282. Paris CEDEX 06. 2006. p774a)
Dans l’AT, la paix, c’est le bien-être, le shalom.
Les disciples en avaient besoin, de même que nous. Nous voulons être heureux, nous délecter d’une relation saine avec Dieu, de nos familles, de notre travail mais nous vivons sur une île où la vie est chère, ou les gens sont durs et jaloux ou comme en France, on consomme des Prozac à longueur de journée. Notre nation est la première au monde au rang des consommateurs d’antidépresseurs !
Le Seigneur nous avertit donc, ce qu’il veut c’est notre paix, notre shalom, notre bien-être.

Christ précise que la paix sera obtenu dans une sphère précise ou par un moyen particulier : il faut être "en Christ" ou c’est "par Christ que nous auront la paix. Etre zen, en paix, dans la sérénité totale est impossible à moins d’être de connaître et même plus d’être "en Jésus."
Le bien-être est accessible seulement à ceux qui ont capitulé devant la croix et ont reçu par la foi le pardon entier de leur culpabilité, de leurs transgressions multiples de la loi divine.
Pour avoir véritablement la paix, il faut que la colère de Dieu ne plane plus sur nous. Si Dieu est en paix avec nous alors de nos cœurs jailliront la paix.
Si nous sommes anxieux cela veut dire que nous nous sommes exclus du mode d’existence, de la sphère "en Christ" nous avons décidé de vivre par un autre moyen.
Esaïe 26.3 "Tu gardes en paix, celui dont l’esprit s’appuie sur toi car il se confie en toi." [Traduction mienne] La paix n’est jamais maintenue par des circonstances paisibles : la paix est un don de Dieu qui est gardé par Dieu lui-même, accessible par la foi et maintenue par la foi uniquement ! Or la foi s’exerce précisément dans les difficultés et non lorsque tout va bien ! (Les disciples vont en faire l’expérience d’ailleurs cf. v 29-32)
Dieu a des projets de paix (de bien-être) pour nous et non de malheur afin de nous assurer un avenir. Il nous fait cette promesse pour nous rassurer, nous faire espérer dans des temps de crises. Jérémie par exemple reçoit cette parole alors qu’il fait fasse à la rébellion et à l’animosité du peuple d’Israël.
Notre épanouissement spirituel se produira sans faille, si notre confiance repose fermement dans celui qui nous fait ces promesses.

B- Les tribulations
"Vous aurez des tribulations dans le monde." Dans l’original, Christ dit "Dans le monde, vous aurez des tribulations." Et il est très important de nous attacher à ce mot "monde." Car dans nos esprits, il peut se référer à deux réalités : le monde matériel, et les inconvertis.
Cependant dans l’Ecriture, la signification du mot "monde" ne peut être interprétée que selon son contexte. Et il y a donc plusieurs réalités englobées dans ce terme.
1) Le monde c’est la création, la terre, la mer, les animaux, les plantes, les hommes en bref : l’univers ! Moïse nous le déclare dans le Ps 90.2 : "Avant que les montagnes soient nées, et que tu aies donné le jour à la terre et au monde, depuis toujours et pour toujours tu es Dieu !"
2) Le monde peut se référer à la population humaine sur terre : Luc 2.1 En ces jours-là parut un décret de césar Auguste, en vue du recensement de toute la terre habitée" (lit : "tout le monde").
3) Le terme peut aussi désigner la mentalité et tous les hommes hostiles à Christ : Jean 1.10 "Elle était dans le monde, et le monde est venu à l’existence par elle, mais le monde ne l’a pas reçu."
Il est donc important de jauger de quel monde le Seigneur parle ici.
4) Le monde peut être les biens, les richesses, les avantages, les plaisirs de ce monde.
5) Le monde peut se référer aux enfants de Dieu : Jean 1.29, 2 Cor 5.19, 1 Jn 2.2
Dans quel monde sommes nous donc ici ?

Il semble que le Seigneur fasse référence à la définition 3).
Nous pouvons en être sûrs grâce au reste du verset où Christ affirme qu’il a vaincu le monde. Il n’est pas hostile à sa création mais bien aux hommes rebelles dirigés et aidés par Satan dans leur révolte. Il est évident que le trouble principal du croyant provient ici de l’ensemble des pensées, des mentalités qui dominent les hommes et qui les rendent hostiles aux croyants. Ce monde peut devenir un obstacle sérieux à l’épanouissement de l’Enfant de Dieu. Le monde nous déteste si nous sommes enfants de Dieu.

"Vous aurez" au présent dans le Grec ce qui indique donc une réalité "obligatoire," c’est "une loi inaltérable" (Dana and Mantey p 185). Nous ne pouvons échapper aux troubles et aux difficultés, l’Evangile de la prospérité est faux au possible. Si Christ lui-même n’a pas échappé à l’opposition du monde, nous ne le pourront pas non plus !
APPLICATION : Nous aimons nous plaindre des difficultés et dire "pourquoi moi Seigneur !" mais Christ nous dit que les difficultés seront là. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas pleurer avec ceux qui pleurent mais sans être fataliste un chrétien doit se préparer "pour les tuiles." Il ne peut espérer une vie tranquille et satisfaisante à tout instant. Nous aurons des tribulations dans ce monde !
Lesquelles ?

Le mot "tribulation" évoque premièrement l’idée d’être pressé, compressé.
Dans l’AT le terme pouvait se référer à un siège militaire : Deut 28.52
Il contient aussi l’idée de détresse morale ou physique (Jug 10.9). Il évoque aussi le fait d’être traité avec hostilité : Esaïe 11.13.
Il parle de peur également : Gen 42.21 (les frères de Joseph voient sa tribulation, son angoisse et le laisse dans la citerne).
Dans le NT les tribulations de Paul (et des croyants je suppose) sont en plus des compléments de la souffrance de Christ : Col 1.24. Ce n’est pas que Paul complète l’œuvre de Christ sur la croix mais qu’il souffre la persécution de même que les autres croyants en tant que membre du corps de Christ. Tout ce que nous subissons Christ le subit à cause de l’Evangile.
Ces souffrances sont eschatologiques c’est à dire qu’elles indiquent et précèdent le retour de Jésus : 1 Thess 1.3-10. Ill : un accouchement.

II COMMENT S’EPANOUIR DANS UN MONDE HOSTILE ?
A- Il faut être courageux !
Christ donne à ses disciples un ordre étrange : le mot à l’origine signifie : "Ose, sois audacieux !" et dans le contexte : "Courage ! Soit joyeux, soit confiant !"
Jésus utilise cet ordre uniquement à l’encontre de personnes tristes, découragées, malades :
- le paralysé a qui le Seigneur pardonne et qu’il guérit (Mat 9.2)
- la femme atteinte d’hémorragies (Mat 9.22)
- les disciples au milieu de la tempête qui croient voir un fantôme (Mt 14.50)
- Paul en prison (Actes 23.11)
Tous ont peur mais Jésus leur dit : "réjouis-toi, courage !"
Notons la bizarrerie qui se produit Christ vient nous rassurer en nous donnant des ordres. Cela est paradoxal. On ne se réjouit pas sur commande dirons nous mais Dieu ne pense pas ainsi !
Dans tous les sports le public a un rôle important à jouer. Même les professionnels le reconnaissent : une foule qui encourage donne "un second souffle." Un public hostile ajoute une pression supplémentaire à une équipe.
L’idée est la même. Le chrétien peut être encouragé dans l’épreuve à cause de celui qui réconforte, sa présence apporte la force et l’énergie nécessaire. Mais pour cela il faut être courageux. Un chrétien n’est pas quelqu’un qui triomphe tout le temps mais c’est qqn qui veut essayer de faire face, d’être ferme devant la souffrance.
Nous savons que Christ nous regarde, qu’il nous aime, qu’il veut que nous réussissions alors nous trouverons la force de nous relever et de combattre encore ! Et c’est la notre plus grande réussite car la victoire lui appartient déjà !

B- Car Christ a triomphé pour nous !
Le terme a une couleur définitivement militaire.
Les Grecs pensaient déjà que la victoire était donnée uniquement par les dieux. Ils ont donc inventé la déesse Nike (la marque de chaussure en tire son nom).
Christ nous enseigne que Dieu seul donne la victoire, c’est lui qui permet la douleur, c’est lui qui donne la force de se battre et de triompher. Pr 21.31 : "le cheval est équipé pour le jour de la guerre, c’est au Seigneur qu’appartient la victoire" (ou le salut).
Si jamais nous avons réussi quelque chose de bon, c’est parce que Dieu l’a permis !
Notons ensuite le temps utilisé : c’est un parfait consommatif dans le Grec qui indique que l’action s’est déjà produite et les conséquences sont en vue. Christ sait déjà qu’il a réussi à vivre une vie parfaite, il sait déjà qu’il réussira à obéir au Père !
Pourtant, il n’est pas encore mort sur la croix et ressuscité. La victoire est sûre car Dieu l’a décrétée. Cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter de se battre cependant : si Christ avait décidé de retourner au ciel avant la croix, tout aurait été perdu !!! Il devait passer par la souffrance et sceller la victoire.
Il en est de même pour nous, nous sommes déjà vainqueurs et assis dans les lieux célestes spirituellement, mais pour y arriver physiquement, il nous faut être courageux et combattre !

Finalement, Christ indique l’ennemi qu’il combat : le monde
Christ n’a jamais usé de violence pour conquérir et se faire respecter. Il a bien fouetté les marchands du temple mais ce n’était pas pour y entrer et se proclamer Dieu mais pour leur rappeler qu’ils outrageaient leur Créateur.
Christ a cependant clairement déclaré qu’il était en guerre, au milieu d’une opération de sauvetage capitale et qu’il avait des ennemis. Ici l’ennemi se trouve être le monde : le système de pensées dominé par Satan et qui anime tout incroyant. Christ a donc dominé tous les démons et la méchanceté des hommes quoiqu’à son paroxysme n’a pas le détruire ultimement.
APPLICATION : Les croyants ne font pas de guerre physique au monde mais bien une guerre spirituelle. Elle est menée par des armes spirituelles : la foi, le jeune, la prière, des paroles d’amour, des gestes de compassion.
Dans l’affliction contre les incroyants, leurs calomnies, leurs injures. Nos armes demeurent des armes pacifiques et même intangibles. Mais ce sont les armes les plus puissantes et efficaces : 2 Cor 10.3-5

CONCLUSION
Notre bien-être, notre shalom est atteignable dans ce monde-ci. Cependant, le croyant est averti que les souffrances font parties intégrantes de sa vie. Des souffrances variées dans tous les domaines qui doivent le faire grandir car quelles qu’elles soient, Christ les a déjà vaincus, préparées pour nous ! Apoc 17.14



^^ Revenir en haut ^^