Judas

Judas

(forme gr. de l’hébr. yehoudah = Juda).

- 1. Judas l’Iscariot, fils de Simon #Joh 6.71 bien que l’un des 12 choisis pour l’apostolat, il trahit son divin Maître. On l’a surnommé l’Iscariot pour le distinguer de l’autre apôtre qui s’appelait aussi Judas ou Jude. #Lu 6.16 ; Joh 14.22

Le surnom est interprété en gén. comme signif. que Judas était originaire de Qeriyoth (v. Iscariot), ce qui indique pt-être qu’il n’était pas Galiléen. A en juger par son caractère, il suivit sans doute Jésus parce qu’il comptait obtenir des avantages matériels, grâce à l’établissement du Royaume messianique. Sans nommer personne, Jésus fit très tôt allusion à la trahison future de l’un des 12. #Joh 6.70

Judas avait été chargé de prendre soin de la bourse commune, mais il se livra à la cupidité ; il trompait la confiance de ses amis, et s’appropriait une partie de l’argent. Marie de Béthanie brisa un vase d’albâtre, et oignit Jésus d’un parfum de grand prix, par affection pour le Maître. Parlant en son propre nom et en celui des autres disciples, Judas qualifia cette onction de folle prodigalité. Le souci des indigents ne motivait pas son intervention, mais bien le désir de s’approprier le prix du parfum, si on l’avait déposé dans sa bourse #Joh 12.5, 6

Jésus le réprimanda avec douceur. Atteint dans son amour-propre, l’Iscariot se rendit auprès des principaux sacrificateurs et offrit de leur livrer Jésus, contre payement. Ils tombèrent d’accord pour 30 sicles d’argent, le prix ordinaire d’un esclave. Aussitôt Judas chercha à faire saisir le Maître #Mt 26.14-16 ; Mr 14.10, 11 (cf. Ex. 21.32 ; Zach. 11.12, 13).

Jésus, qui ne voulait pas qu’on le crucifiât à un autre moment que pendant la Pâque, mentionna au cours du souper la trahison prochaine de l’un des 12. Le diable avait déjà mis au coeur de Judas ce dessein criminel. #Joh 13.2

Quand le Seigneur déclara solennellement : "l’un de vous me trahira," chaque disciple lui demanda : "Est-ce moi, Seigneur ?" Pierre fit signe à Jean d’interroger Jésus. Christ répondit de façon énigmatique que le traître plongeait la main avec lui dans le plat #Mt 26.23 ; Mr 14.20 et que c’était à lui qu’il donnerait le morceau trempé #Joh 13.26 autrement dit, que c’était un de ses intimes, avec qui il partageait son pain (v. 18 ; cf. Ps. 41.10). Jésus et Judas étaient sans doute en train de tremper leur pain dans le plat commun, suivant la coutume orientale. Jésus trempa le morceau qu’il avait à la main et le tendit à Judas. #Joh 13.26

Satan entra alors dans Judas (v. 27), qui demanda, lui aussi : "Est-ce moi, Rabbi ?" Jésus lui répondit : "Tu l’as dit !". #Mt 26.21-25

A ce moment même, les disciples ne comprirent pas le s. précis de cette réponse. Quand Jésus ajouta : "Ce que tu fais, fais-le promptement," ils supposèrent que le Maître disait au trésorier de se hâter d’acheter les choses nécessaires pour la fête ou de donner quelque chose aux pauvres. Le traître alla tout de suite rejoindre les principaux sacrificateurs. Il avait participé au souper, avec les 12 #Mt 26.20 mais il sortit immédiatement après avoir reçu le morceau trempé. #Joh 13.30 Jésus institua la Ste Cène après le souper pascal. #Mt 26.26-29 ; Mr 14.22-25 ; Lu 22.19-20

Le récit de Luc présente les incidents de ce souper dans un ordre diff., pour faire ressortir le contraste entre l’état d’esprit de Christ et celui des disciples (22.15-20 et v. 21-23). Après le départ de Judas, le ton de l’entretien changea. Le repas étant achevé, Jésus conduisit les 11 au jardin de Gethsémané. Judas s’y rendit avec une foule d’hommes armés de glaives et de bâtons ; ces gens étaient envoyés par les chefs relig. et les anciens du peuple. Judas avait convenu avec les soldats qu’il leur ferait connaître l’accusé en le baisant. Le fourbe s’avança et donna un baiser à Jésus, que les soldats arrêtèrent immédiatement. #Mt 26.47-50

Le lendemain matin, Judas avait changé de disposition. Voyant que Jésus était condamné et allait être exécuté, il se rendit compte de l’énormité de son crime, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : "J’ai péché en livrant le sang innocent !" ; et il voulut rendre l’argent. Sa conscience n’était pas aussi endurcie que celle des chefs relig. qui, après l’avoir induit à commettre son forfait, lui tournèrent le dos, en disant : "Que nous importe ? Cela te regarde !" Judas lança alors les pièces d’argent dans le Temple, et alla se pendre. #Mt 27.3-5

Il tomba la tête en avant, son corps s’ouvrit par le milieu et toutes ses entrailles se répandirent. #Ac 1.18

L’apôtre Pierre (Act. 1.20) cita dans son discours les passages prophétiques des Ps. 69.26 et 109.8. Judas avait accompli ce qui était écrit du méchant, rendant le mal pour le bien, la trahison pour l’amour. Les disciples s’appuyèrent sur ces citations pour justifier l’élection d’un autre apôtre à la place de Judas. Aucune contrainte surnaturelle ne força le fils de perdition #Joh 17.12 à accomplir son destin. La miséricorde divine ne lui fut pas refusée : il ne la demanda pas.

- Comment expliquer la différence entre les récits de Mt. 27.5 et d’Act. 1.16-25 ? Les événements, semble-t-il, se sont passés ainsi : plein de remords, Judas jeta l’argent dans le temple et se pendit, prob. avec sa ceinture ; celle-ci se rompit, ou se détacha, et le corps tomba sur des rochers qui le déchiquetèrent comme le dit Act. 1.18. Il n’était pas permis de mettre dans le trésor sacré de l’argent mal acquis (cf. Dt. 23.19). La conscience des principaux sacrificateurs n’était pas à l’aise au sujet de ces 30 pièces d’argent ; les ayant refusées en affectant de les considérer comme l’argent du traître, ils achetèrent en son nom le champ du potier. V. Hakeldamah.

- 2. Habitant de Damas ; il demeurait dans la rue nommée la Droite. Paul, qui venait de se convertir, logea chez lui. #Ac 9.11



^^ Revenir en haut ^^