Joël

Joël (Livre de)

- Auteur.

- Nous savons peu de chose sur la personne de ce prophète : son nom (qui signifie : l’Eternel est Dieu) et celui de son père : Petouël. 14 personnages bibl. portent le même nom. Cert. déduisent de 1.13-14 et 2.17 qu’il ne fut pas sacrificateur. D’autres pensent, au contraire, que son intérêt pour le culte et sa connaissance du rituel indiqueraient sa qualité sacerdotale. On l’a appelé "le prophète du Temple" ou "du culte". Il semble avoir occupé une position officielle dans la religion de Juda.

- Lieu.

- Joël a prophétisé à Jérusalem pour le peuple de Juda et pour tout Israël, mais on peut affirmer sans hésiter que son message a une portée universelle.

- Date.

- Il est particulièrement difficile de dater le message de ce prophète. Les opinions divergent considérablement. On l’a situé à toutes les époques entre le 9e et le 4e (ou même 3e) s. av. J.-C., de sorte qu’il est considéré par cert. comme l’un des premiers, par d’autres comme l’un des derniers prophètes.

- La plupart des auteurs critiques lui assignent une date postexilique, parce qu’il ne s’y trouve aucune mention d’un roi, du royaume d’Israël, ni des hauts lieux, et qu’il est question du retour des exilés (4.1) ; d’autre part, les remparts de Jérusalem sont intacts (2.9). Les théologiens évangéliques qui voient gén. en lui un prophète préexilique trouvent que l’argument du silence a peu de poids (Nahoum et Sophonie ne mentionnent pas non plus les éléments relevés). D’autre part, Joël voit le retour des exilés dans l’avenir et avant 587 la muraille de Jérusalem était intacte.

- Joël nomme, comme ennemis, les Phéniciens, les Philistins (4.4), les Egyptiens et les Edomites (4.19). Or, après l’exil, ces peuples ont disparu, ou bien ils ont perdu leur virulence à l’égard de Juda. Il est donc plus naturel de dater ses prophéties avant l’exil.

- Puisqu’il ne mentionne pas de roi, un certain nombre d’exégètes pensent qu’il a prophétisé du temps de la minorité de Joas, où le souverain sacrificateur Yehoyada assurait la régence, c.-à-d. entre 835 et 830. #2Ki 12.1 ; 2Ch 24.1-3, 14

- L’ancienneté du prophète expliquerait son prestige et les nomb. citations qu’en font les autres prophètes. Le livre semble plutôt être l’écho d’un message ponctuel que le résumé d’un long ministère prophétique.

- But.

- Dans le double fléau qui s’est abattu sur la Judée : invasion de sauterelles et sécheresse (ou feu de brousse), Joël voit une manifestation de la colère de Dieu et un avertissement à son peuple. Il se sert des événements contemporains pour appeler le peuple à la repentance et au retour à l’Eternel. Peu à peu, sa vision déborde les événements de son temps pour embrasser l’avenir lointain d’Israël et celui des nations. Il annonce l’effusion de l’Esprit et la restauration finale du peuple de Dieu.

- Contenu.

- L’invasion de sauterelles n’est qu’un prélude au jugement de Dieu qui touchera tout le pays (2.1s.). Le peuple doit se laisser avertir (1.15), jeûner (1.14) et revenir à Dieu (2.12). Sinon il sera châtié par un ennemi aussi nomb. que les sauterelles (2.4s.).

- Mais Dieu châtie seulement pour purifier. Il restaurera son peuple (2.21s.) et lui accordera même des bénédictions supérieures à toutes celles du passé (3.1-5). Les nations ennemies seront jugées (4.1-21) au Jour de l’Eternel.

- Plan.

- Joël apporte son message dans une langue très pure, dans un style vivant, imagé et poétique. Son livre se divise en deux parties bien distinctes : historique (1.2-20) et prophétique (2.1-4.21).

1. Une histoire prophétique (1.2-20) :

a. Les faits actuels : l’invasion des sauterelles (1.2-4)
b. L’exhortation qui en découle (1.5-14)
c. Prière (1.15-20).

2. Le Jour de l’Eternel (2.1-17) :

a. Ce qu’il sera (2.1-11)
b. L’exhortation qui en découle (2.12-17a)
c. Prière (2.17b).

3. L’avenir du peuple de Dieu (2.18-4.21) :

a. Promesse de bénédiction (2.18-27)
b. Effusion de l’Esprit (3.1-5)
c. Jugement des nations et restauration du peuple (4.1-21).

- "L’un des livres les plus brefs de l’A. T., mais l’un de ceux qui nous dérange le plus et nous oblige à examiner nos coeurs" (R. A. Stewart).



^^ Revenir en haut ^^