Accueil > Edification > Méditations > Jetez votre fardeau sur votre (...)

Jetez votre fardeau sur votre Seigneur

Et déchargez vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. 1Pi 5:7

Il existe un bon moyen, pour soulager notre peine : Celui de pouvoir se rappeler Il prend soin de moi. Chrétien ! Ne déshonorez pas la religion en portant toujours un lourd fardeau ; venez, jetez votre fardeau sur votre Seigneur. Vous chancelez sous un poids qui n’affecterait pas votre Père. Ce qui peut vous paraître un fardeau écrasant, ne représente pour lui qu’une petite poussière dans la balance. Rien n’est si doux que de s’en remettre, passif, dans les mains de Dieu, et ne connaître d’autre volonté que la sienne.

Ô enfant de souffrance, sois patient ; Dieu ne t’a pas oublié, dans sa prévoyance. Celui qui est le nourrisseur des moineaux, pourvoira aussi en tout ce dont vous avez besoin. Ne vous asseyez pas dans le désespoir ; espérez, espérez toujours. Levez les bras de la foi contre cet océan d’ennui, et votre opposition mettra fin à vos détresses. Il y a QUELQU’UN qui prend soin de vous. Son oeil est fixé sur vous, son coeur bat avec pitié devant votre malheur, et sa main omnipotente vous apportera toujours l’aide dont vous avez besoin. Le nuage le plus sombre s’éparpillera lui-même dans des averses de pitié. La mélancolie la plus noire fera place au matin. Lui, si tu fais partie de sa famille, pansera tes blessures, et guérira ton coeur brisé. Ne doute pas de sa grâce à la vue de ta tribulation, mais crois qu’il t’aime, aussi bien dans les périodes à problèmes comme dans celles de bonheur.

Quelle vie sereine et tranquille vous pourriez mener en vous laissant guider par le Dieu de prévoyance ! Avec un peu d’huile dans la cruche, et une poignée de farine dans le baril, Elisée a survécu â la famine, et vous, vous ferez de même. Si Dieu s’occupe de vous, pourquoi vous soucier ainsi de vous mêmes ? Comment pouvez-vous avoir confiance en Lui pour votre âme, et pas pour votre corps ? Il n’a jamais refusé de porter vos fardeaux, il ne s’est jamais évanoui sous leur charge.

Viens, alors, mon âme ! Ne sois point chagrinée, et fuis toutes tes inquiétudes, dans la main d’un Dieu plein de grâce.



^^ Revenir en haut ^^