Accueil > Edification > Méditations > Je suis un étranger chez toi.

Je suis un étranger chez toi.

Je suis un étranger chez toi. Ps 39:13

Oui, Ô Seigneur, avec toi, mais pas pour toi. Ta grâce a maintenant ôté toute mon aliénation naturelle, et maintenant, en communion avec toi, je marche à travers ce monde pécheur comme un pèlerin dans une terre étrangère. Tu es un étranger dans ton propre monde. L’homme t’oublie, te déshonore, établit de nouvelles lois, aliène la tradition, et ne te connaît pas. Quand ton cher fils vint chez les siens, les siens ne le reçurent pas. Il était dans le monde, et le monde a été fait par lui, et le monde ne l’a point connu.

Jamais étranger n’a été aussi incompris parmi les habitants d’une quelconque terre que ton bien-aimé fils parmi les frères de sa mère. Ce n’est pas étonnant, alors, si moi qui vis la vie de Jésus, je sois inconnu et étranger ici bas. Seigneur, je ne veux pas être un citoyen là où Jésus était un étranger. Sa main percée a relàché, détaché les liens qui jadis liaient mon âme à la terre, et maintenant je me trouve moi-même un étranger dans le pays. Mon parler semble pour ces Babyloniens parmi lesquels je demeure, quelque chose de baroque, bizarre, mes manières sont singulières, et mes actions sont étranges.

Un Tartare serait plus chez lui dans une cabane que moi je pourrais être dans les repaires de ces pécheurs. Mais voici la douceur de mon partage : « Je suis un étranger avec toi ». Tu es mon compagnon de souffrance, mon compagnon de pèlerinage. Oh quelle joie que de vagabonder dans une telle société bénie ! Mon cœur brûle au-dedans de moi par la manière dont tu me parles, et quoique je sois un étranger en séjour, je suis de loin bien plus heureux que ceux qui siègent sur des trônes, et de loin mieux à la maison que ceux qui demeurent dans leurs maisons si hautes.

Pour moi ne reste ni place, ni temps :
Mon pays est dans chaque climat ;
Je peux être calme et libre de tout souci
Sur tout rivage, puisque Dieu est là.

Tandis que nous cherchons un lien, ou en fuyons un autre,
L’âme ne trouve de bonheur ni dans l’un ni dans l’autre
Mais avec un Dieu pour guider notre chemin,
C’est la même joie soit pour partir ou rester.



^^ Revenir en haut ^^