Accueil > Edification > Méditations > Je retrancherai ceux qui se prosternent

Je retrancherai ceux qui se prosternent et qui jurent par le Seigneur, et qui jurent par Malcom.

Je retrancherai ceux qui se prosternent et qui jurent par le Seigneur, et qui jurent par Malcom.

De telles personnes pensaient d’elles mêmes qu’elles étaient sauvées parce qu’elles étaient avec les deux parties à la fois : ils allèrent avec les disciples de l’Éternel, et s’inclinaient en même temps devant Malcom. Mais la duplicité est abominable avec Dieu, et son âme hait l’hypocrisie. L’idolâtre qui distinctement se livre lui-même à son faux dieu, a un péché moindre que celui qui apporte son sacrifice détestable et souillé au temple du Seigneur, tandis que son cœur est avec le monde et les péchés dans lesquels il vit. Ménager la chèvre et le chou est une ligne de conduite lâche.

Dans les affaires de la vie courante quotidienne, un cœur double, un esprit partagé est celui d’un homme méprisable, mais en religion il est répugnant au dernier degré. La sanction prononcée dans ce verset qui est devant nous est terrible, mais elle est bien méritée ; car comment la justice divine épargnerait-elle le pécheur, qui connaît la droiture, l’approuve, et proclame la suivre, et tout le reste du temps aime le mal, et lui accorde la domination sur son cœur ?

Mon âme laisse-toi sonder ce matin, et vois si tu es coupable de vivre avec un cœur double. Tu professes être un disciple de Jésus, l’aimes-tu vraiment ? Ton cœur est-il droit devant Dieu ? Es-tu de la famille du vieux père honnête, ou es-tu quelqu’un qui pense que « la fin justifie les moyens » ? Un nom pour vivre est peu de chose si bien sûr il est mort dans la violation de la loi et les péchés. Avoir un pied sur le terrain de la vérité, et un autre sur la mer de la fausseté, est la garantie d’une terrible chute et d’une ruine complète. Christ sera tout ou rien. Dieu remplit tout l’univers, c’est pourquoi il n’y a pas de place pour un autre dieu ; si alors, il règne sur mon cœur, il n’y aura pas de place pour une autre puissance à régner. Est-ce que je me repose sur Jésus crucifié seul, et est-ce que je vis pour Lui seul ? Est-ce mon désir qu’il en soit ainsi ? Mon cœur est-il ferme dans cette résolution ? Si oui, bénie soit la puissante grâce qui m’a conduit au salut ; si non, Ô Seigneur, pardonne ma triste offense, et amène mon cœur à craindre ton nom.



^^ Revenir en haut ^^