Accueil > Edification > Méditations > Je publierai les grâces de l’Éternel, (...)

Je publierai les grâces de l’Éternel, les louanges de l’Éternel, D’après tout ce que l’Éternel a fait pour nous ;

Je publierai les grâces de l’Éternel, les louanges de l’Éternel, D’après tout ce que l’Éternel a fait pour nous ;

Et ne peux-tu pas faire ceci ? N’y a-t-il pas de grâces que tu as expérimentées ? Qu’importe que tu sois ténébreux maintenant ; peux-tu oublier cette heure bénie où Jésus te rencontra et dit : « Viens à moi » ? Ne peux-tu pas te souvenir de ce moment ravissant quand il brisa tes fers, et détacha tes chaînes de la terre et dit : « Je suis venu briser tes liens et te mettre en liberté ? » Ou si l’amour de ton épouse est oublié, s’est évanoui ? Il doit y avoir sûrement quelque précieuse borne jalonnant la route de ta vie qui n’est pas tout à fait recouverte de mousse, sur laquelle tu peux lire un heureux souvenir de ses grâces à ton égard ?

Quoi, n’as-tu jamais eu de maladie comme celle dont tu souffres maintenant et ne t’a-t-il pas délivré ? N’étais-tu jamais pauvre avant, et n’a-t-il pas pourvu à tes besoins ? N’étais-tu jamais dans l’embarras avant, et ne t’en a-t-il pas délivré ? Lève-toi, va à la rivière de ton expérience, arrache quelques joncs et tresse-les, et fais-en une arche à l’intérieur de laquelle ta foi d’enfant pourra flotter en sécurité sur le fleuve. N’oublie pas ce que Dieu a fait pour toi ; retourne au livre de tes souvenirs, et considère les jours d’autrefois.

Ne peux-tu pas te rappeler la colline de Mitsear, qui veut dire petitesse ? Le Seigneur ne t’a-t-il jamais rencontré au mont Hermon ? N’as-tu jamais gravi les montagnes délicieuses ? N’as-tu jamais été secouru au temps de disette ? Non, je sais que tu l’as bien été. Retourne alors un court instant vers les grâces d’hier de ton choix, et quoique tout puisse être sombre maintenant, allume les lampes du passé, elles brilleront à travers les ténèbres, et tu te confieras dans le Seigneur jusqu’à ce que le jour pointe et que les ombres fuient. Souviens-toi, Ô Seigneur, de tes tendres grâces et tes bontés, car elles ont été toujours d’autrefois.



^^ Revenir en haut ^^