Accueil > Edification > Méditations > J’aurais eu honte de demander au roi (...)

J’aurais eu honte de demander au roi une escorte et des cavaliers pour nous protéger contre l’ennemi pendant la route, car nous avions dit au roi : La main de notre Dieu est pour leur bien sur tous ceux qui le cherchent, mais sa force et sa colère sont sur tous ceux qui l’abandonnent.

J’aurais eu honte de demander au roi une escorte et des cavaliers pour nous protéger contre l’ennemi pendant la route, car nous avions dit au roi : La main de notre Dieu est pour leur bien sur tous ceux qui le cherchent, mais sa force et sa colère sont sur tous ceux qui l’abandonnent.

La bande de pèlerins avait désiré un convoi pour beaucoup de raisons, mais une sainte honte ne permettait pas à Esdras d’en chercher un. Il avait peur que le roi païen pense que sa profession de foi en Dieu soit de la simple hypocrisie, ou imagine que le Dieu d’Israël ne soit pas capable de préserver ses propres adorateurs. Il ne pouvait se faire à l’idée de s’appuyer sur un bras de chair dans une affaire si évidemment du Seigneur, et par conséquent la caravane se mit en route sans protection visible, gardé par celui qui est l’épée et le bouclier de son peuple.

Cela doit être inquiétant que peu de croyants ressentent cette sainte jalousie pour Dieu ; même ceux qui dans une certaine mesure marchent par la foi peuvent gâcher l’éclat de leur vie en réclamant l’aide de l’homme. C’est une chose des plus bénies que de n’avoir aucun appui et aucun renfort, mais de se tenir debout sur le rocher des siècles, soutenu par le Seigneur seul. Est ce que les croyants chercheraient d’imposantes dotations pour leur église, s’ils se souvenaient que le Seigneur est déshonoré par leur demande d’aide à César ?

Comme si le Seigneur ne pouvait pas subvenir aux besoins de sa propre cause ! Devrions-nous courir aussi précipitamment vers nos amis et notre famille pour être aidés si nous nous souvenions que le Seigneur est magnifié par notre confiance implicite en son bras solitaire ? Mon âme, attends-toi seulement à Dieu. Mais quelqu’un dit, « ne doit-on pas utiliser les moyens que nous avons ? » Assurément on le doit, mais notre faute repose rarement sur le fait qu’on les néglige : bien plus fréquemment il ressort que l’on croit bêtement en eux au lieu de croire en Dieu. Peu de gens vont trop loin à négliger le bras de la créature, mais pèchent grandement en y attachant trop d’importance. Apprends, cher lecteur, à glorifier le Seigneur en laissant les moyens de côté, si en les utilisant tu déshonores le nom de Dieu.

Jon 1:1-4:11



^^ Revenir en haut ^^