Accueil > Edification > Méditations > Il se leva, mangea et bu ; et avec (...)

Il se leva, mangea et bu ; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits.

Il se leva, mangea et bu ; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits.

Toute la force pourvue pour nous par notre Dieu si précieux, elle est dans le but du service, non pas pour nos libertinages ou propres gloires. Quand le prophète Élie trouva le gâteau cuit sur les charbons, et la cruche d’eau placée à côté de sa tête, alors qu’il était étendu sous un genévrier, il n’était pas pourvu par un bon repas lui permettant de s’étendre et de prendre ses aises ; loin de là, il était mandaté pour partir 40 jours et 40 nuits avec la force qu’il en tira, séjournant face à Horeb, la montagne de Dieu.

Quand le Maître invita les disciples à venir et prendre le repas avec lui, après que la fête fut finie il dit à Pierre : pais mes brebis ; plus loin il ajoute : suis-moi. Il en est de même pour nous ; nous mangeons le pain du ciel pour que nous puissions dépenser notre force au service du Maître. Nous venons à la Pâque, et mangeons l’agneau Pascal, les reins ceints et le bâton à la main, afin de pouvoir partir tout de suite après avoir satisfait notre faim. Certains chrétiens vivent de Christ, mais ne s’inquiètent pas de vivre pour lui. La terre devrait être une préparation pour le ciel ; et le ciel est le lieu où les saints font le plus de festin et travaillent le plus. Ils s’assoient à la table de notre Seigneur et ils le servent jour et nuit dans son temple. Ils se nourrissent de nourriture céleste et rendent un service parfait.

Croyants, vous puisez quotidiennement de Christ le travail que vous devez accomplir pour lui. Certains d’entre nous ont encore beaucoup à apprendre concernant le plan de notre Seigneur, qui nous accorde sa grâce. Nous ne devons pas retenir les précieuses graines de vérité comme la momie égyptienne qui garde le blé pour les vieux jours, sans lui accorder l’opportunité de croître ; nous devons le semer et l’arroser. Pourquoi le Seigneur envoie-t-il la pluie sur la terre altérée, et accorde-t-il le clément rayon de soleil ? N’est-ce-pas pour que tout ceci contribue à aider les fruits de la terre à produire la nourriture de l’homme ? Il en est de même du Seigneur qui nourrit et désaltère nos âmes afin qu’ensuite nous puissions utiliser notre force renouvelée à sa Gloire.

Mt 12:1-12:50



^^ Revenir en haut ^^