Ezéchiel

Ezéchiel (Livre d’)

- Place dans le canon.

- Dans nos Bibles franç. Ezéchiel figure entre le livre des Lamentations et celui de Daniel. Dans le Canon hébr. ces 2 livres étant au nombre des Hagiographes, Ezéchiel se trouve immédiatement après Jérémie. Presque toutes les prophéties sont disposées dans l’ordre chronol. et datées d’après leur proclamation au cours des années de captivité du roi Yéhoyakîn.

- Auteur.

- Ezéchiel a grandi dans une famille sacerdotale pieuse qui lui a donné son nom : L’Eternel fortifiera. Il a passé son enfance près du Temple de Jérusalem où il a pu entendre les prophéties de Jérémie. Il fut emmené en Babylonie en 597 avec le deuxième groupe des déportés et installé à Tel-Aviv près du "fleuve Kébar," l’un des principaux canaux d’irrigation de Babylone. Ezéchiel venait d’une famille aisée appartenant à l’aristocratie sacerdotale (11.1) exilée avec le roi et la noblesse du pays. #2Ki 24.15

En Babylonie, il possédait une maison servant de lieu de rencontre des anciens du peuple (3.24 ; 8.1 ; 14.1 ; 20.1).

- Il fut appelé au ministère prophétique lorsqu’il avait trente ans (29.17), en juillet 593. Il transmit son dernier message en avril 571, donc 22 ans plus tard. Ezéchiel était marié, mais celle qui "charmait ses yeux" lui fut enlevée par une mort subite le jour où Dieu lui révéla que le Temple de Jérusalem serait détruit.

- Pour faire comprendre à ses coexilés ce qui se passait dans le coeur de Dieu, il ne devait pas porter le deuil de celle qu’il aimait : ainsi Dieu souffrait de devoir abandonner aux païens le sanctuaire auquel il était attaché (24.15-22).

- Homme d’une grande culture gén., Ezéchiel s’intéressait à tout, de la construction des bateaux à la litt., de la politique internationale au commerce méditerranéen (ch. 27). C’était un homme sensible, au s. esthétique sûr et à la pensée équilibrée.

- Authenticité d’Ezéchiel. Les critiques de l’Ecole de Wellhausen tiennent ce prophète pour le père du judaïsme postexilique. Ils prétendent que la description de la nouvelle Jérusalem (40-48) contient tout un programme qui suscita les prescriptions sacerdotales caractéristiques du Lévitique et des Nombres. Mais les théologiens partisans du point de vue bibl. répudient une telle théorie. Ils constatent que la législation du Lévitique est bien antérieure à l’époque de Moïse. Ezéchiel, dans sa vision prophétique des ch. 40-48, n’avait nullement l’intention ni le besoin de créer ces choses-là de toutes pièces. La critique plus récente ne s’est d’ailleurs pas contentée de prêter de telles intentions à l’auteur. Elle a, chose nouvelle, mis en doute l’authenticité et l’unité du livre lui-même. C’est ainsi que pour G. Hoelscher, un dixième seulement du texte serait d’Ezéchiel ; W. A. Irwin met entièrement de côté les ch. 40-48, et ne conserve du reste que 250 v. ; C. C. Torrey rejette le livre, qu’il tient pour un pseudo-épigraphe palestinien d’env. 230 av. J.-C. Cette liste qui pourrait être allongée, suffit pour montrer la confusion et l’incertitude complètes auxquelles aboutit la critique négative, basée essentiellement sur le doute à l’égard du surnaturel. Il n’est pas surprenant que celle-ci se soit attaquée à un ouvrage contenant, de même que Daniel, tant de visions et d’images reprises dans l’Apocalypse. Celui qui étudie Ezéchiel avec conscience et respect est frappé au contraire par les nomb. preuves d’authenticité, que même les anciens critiques admettaient (p. ex. Cornill, Einleitung, p. 76). L’arrangement et le plan du livre, la chronol. exacte, l’usage de la 1re pers. et le clair message prophétique, tout cela confirme qu’Ezéchiel en est véritablement l’auteur.

- Date.

- En 605, au retour de Karkémich, le nouveau roi babylonien Neboukadnetsar emmena un premier contingent de déportés (dont Daniel).

- En 597, il revint attaquer Jérusalem et emmena le roi et l’aristocratie, laissant sur place "un roi de son choix" (comme le précise une tablette babylonienne). Ce roi, Sédécias, se révolta contre lui. Neboukadnetsar détruisit la ville, pilla le Temple et emporta les ustensiles sacrés à Babylone. #2Ch 36.7

La plupart des Judéens durent prendre le chemin de l’exil, seuls les plus pauvres furent autorisés à rester au pays.

- Le livre d’Ezéchiel contient plus d’indications chronol. que tout autre livre prophétique. Grâce à la découverte des tablettes cunéiformes contenant les annales babyloniennes et des indications astronomiques relatives aux éclipses, il est possible de dater de manière très précise les événements mentionnés dans ce livre.

- Appel d’Ezéchiel : 31 juillet 593.

- Début du siège de Jérusalem (24.1) : 15 janvier 588.

- Oracles contre les nations païennes : entre le 23 avril et le 21 juillet 587.

- Arrivée des premiers réfugiés : 8 janvier 585.

- Visions d’avenir : 28 avril 573.

- Dernier oracle : 28 avril 571.

- Lieu.

- La plupart des révélations furent données à Ezéchiel à Tel-Aviv en Chaldée (à ne pas confondre avec le port moderne en Palestine).

- Le mot Tel-Aviv est gén. trad. par "colline des épis," d’où l’on déduit la fertilité de la contrée, mais il semble qu’il faille plutôt le rendre par "colline du dieu de l’orage," les Chaldéens n’ayant pas l’habitude de laisser leurs terres les plus riches aux déportés étrangers. D’aucuns y voient des sortes de camps de concentration où les exilés étaient réduits aux travaux forcés pour améliorer l’irrigation de la Babylonie.

- But.

- Les messages d’Ezéchiel s’adressent :

- 1. aux exilés qui l’entourent et qui se demandent pourquoi ils sont là. Ils accusent Dieu d’injustice (18.25, 29). Ezéchiel leur répond que leur destin est la conséquence de leurs péchés, mais Dieu ne prend pas plaisir à châtier le pécheur, il lui offre la possibilité d’être délivré.

- 2. aux Juifs restés en Judée : s’ils ne se repentent pas, ils verront la destruction de Jérusalem et de son Temple. L’idolâtrie jusque dans le sanctuaire de l’Eternel appelle inéluctablement ce jugement.

- 3. Après la chute de Jérusalem, à tous les exilés pour les consoler, les réconforter et leur dévoiler l’avenir glorieux que Dieu tient en réserve pour eux.

- Contenu.

- Les messages d’Ezéchiel se divisent donc en deux parties nettement distinctes, séparées par un interlude s’adressant aux nations environnantes. Les discours des sept premières années consistent exclusivement en menaces et dénonciation des péchés d’Israël (alors que, chez les autres prophètes, menaces et promesses alternent constamment). Ce livre du jugement (1-24) est l’une des parties les plus sombres de l’A. T.

- Dans la 2e partie, Juda a été jugé, mais les nations qui ont contribué à sa chute par leur influence pernicieuse n’échapperont pas au jugement : leur orgueil, leurs blasphèmes et leur perversité recevront leur juste rétribution (25-32).

- Dans la troisième partie, appelée "livre de la consolation" (33-48), Ezéchiel ouvre aux exilés les perspectives glorieuses que Dieu leur réserve dans l’avenir : retour au pays, rétablissement, purification du peuple, restauration du Temple et du culte.

- Qu’il s’agisse du châtiment ou du relèvement des peuples, Dieu est souverain et il se révèle par l’une comme par l’autre intervention dans l’histoire humaine ; 65 fois, nous lisons : "Et ils sauront que je suis l’Eternel." L’action de Dieu dans le monde a toujours en vue le salut final.

- Beaucoup de thèmes d’Ezéchiel reviendront dans le N. T. : l’appel à la repentance, la nouvelle naissance, la purification du coeur, le bon Berger, le fleuve de vie, la sainte cité, la vie par l’Esprit permettant d’accomplir les exigences de la Loi... Ezéchiel souligne avec insistance la responsabilité individuelle (18.20) sans nier la responsabilité collective.

- Le riche apport d’Ezéchiel à la pensée israélite et bibl. réside dans son enseignement spirituel. Relevons entre autres :

- 1. Sa conception de Dieu, aussi éloignée que possible de l’anthropomorphisme (cf. "l’image de la gloire de l’Eternel," 1.28). Tandis que d’autres écrivains sacrés représentent l’Eternel comme le berger du peuple #Ge 48.15 ; Ps 23.1 ; 28.9 rassemblant le troupeau dispersé d’Israël #Jer 23.3 ; 31.10 le paissant avec tendresse #Isa 40.11

Ezéchiel montre particulièrement Dieu cherchant ses brebis égarées, les délivrant de leurs ennemis et les rétablissant dans leur pays. #Eze 34.11-31 ; Mt 18.12-14 ; Lu 19.10

- 2. Sa vision de la nouvelle Jérusalem : la haute montagne #Eze 40.2 ; Re 2.10 la cité sainte, tabernacle de Dieu au milieu des hommes #Eze 37.27 ; Re 21.3 la gloire de Dieu qui y réside #Eze 43.2-5 ; Re 21.11 la ville carrée #Eze 48.16, 30 ; Re 21.16 qui a 12 portes #Eze 48.30-34 ; Re 21.12, 13 le fleuve de la vie #Eze 47.1 ; Re 22.1 bordé d’arbres dont les feuilles apportent la guérison #Eze 47.7, 12 ; Re 22.2.

- 3. Ezéchiel contribue surtout à donner une idée de théocratie à venir. Reprenant une pensée que Jérémie avait à peine exprimée dans son enseignement, Ezéchiel insiste sur la responsabilité de l’individu #Eze 18 ; 33.1-20 sur la régénération du peuple et la sainteté du royaume, couronnement glorieux des temps futurs (11.19, 20 ; 36.24-29). La vision de Sion, rétablie et spirituellement régénérée, est désormais perpétuellement devant les yeux du peuple de Dieu, comme une inspiration et une grande espérance.

- Plan.

- Après l’introduction (vision de la gloire de Dieu : ch. 1 ; vocation du prophète : 2-3), le livre est structuré, comme ceux d’Esaïe, de Jérémie et de Sophonie, en trois parties :

- 1. Messages contre Israël (1-24) ;

- 2. Messages contre les nations (25-32) ;

- 3. Messages de consolation pour Israël (33-48).

- Nous avons là une structure familière à l’esprit hébr., celle du chiasme :

A : Israël

B : nations

A’ : Israël, que Tidiman a développé plus en détail :

A (1-7) Dieu apparaît pour préparer le jugement de son peuple.

B (8-11) Le prophète contemple le jugement du peuple élu.

C (12-24) Le prophète explique le bien-fondé du jugement.

D (25-32) Le jugement des nations voisines.

C’( 33-37) Le prophète annonce la grâce du relèvement.

B’( 38-39) Le prophète contemple la sécurité du peuple élu.

A’( 40-48) Dieu apparaît pour assurer la bénédiction de son peuple. (Le livre d’Ezéchiel, Edifac 1985, p. 53.)

- D’autres parallélismes symétriques apparaissent :

10.18 ; 11.23 : Un Dieu en colère quitte le Temple et la ville. 48.35 (dernier v.) : Dieu apaisé est au milieu de son peuple. 8-11 : Destruction du Temple. 40-48 : Reconstruction d’un Temple purifié. 3 : Sentinelle du jugement de Dieu. 33 : Sentinelle de l’âge nouveau...

- Comme Jérémie, Ezéchiel accomplit des actions symboliques (4.1-3, 4-8, 9-17 ; 5.1-12 ; 12.1-16, 17-20 ; 24.15-24 ; 37.15-22). Il utilise l’allégorie (16 ; 23 ; 29.3-7) et la parabole (15.1-8 ; 16.1-15 ; 17 ; 21 ; 24). Sa langue est riche et originale (150 mots hébr. qui lui sont partic.). Ses expr. favorites sont : "Ainsi parle l’Eternel" (plus de 200 fois), "parole de l’Eternel" (84 fois), "Fils de l’homme" (plus de 100 fois). Ses visions comptent parmi les plus impressionnantes de l’Ecriture : le char de feu

(1), le Temple transformé en panthéon idolâtre (8-11), la vallée des ossements desséchés (37), la nouvelle Jérusalem (40-46), le fleuve de vie issu du Temple (47). Il a inauguré un genre littéraire nouveau : l’apocalyptique qui fleurira surtout pendant la période intertestamentaire et auquel se rattache le dernier livre du N. T. Nous ne serons donc pas étonnés d’y retrouver de nomb. symboles d’Ezéchiel (cf. #Re 21.10-Eze 40.2 ; Re 21.3-Eze 37.27 ; Re 21.11-Eze 43.2-5 #Re 21.12-13-Eze 48.30-34 ; Re 22.1-Eze 47.1 ; Re 22.2 #Eze 47.7, 12).

- Les rabbins réservaient l’étude de ce problème aux hommes mûrs. Elle exige effectivement une cert. maturité spirituelle et un effort persévérant, mais elle sera largement récompensée.



^^ Revenir en haut ^^