Accueil > Edification > Méditations > Et quand il aura vu que la lèpre (...)

Et quand il aura vu que la lèpre couvre tout le corps, il déclarera pur celui qui a la plaie : comme il est entièrement devenu blanc, il est pur.

Et quand il aura vu que la lèpre couvre tout le corps, il déclarera pur celui qui a la plaie : comme il est entièrement devenu blanc, il est pur.

Cette réglementation paraissait assez étrange, néanmoins elle contenait de la sagesse, car le rejet de la maladie prouvait que la constitution était entendue. Ce matin il serait bon pour nous de voir l’enseignement typique de cette règle si singulière. Nous aussi, nous sommes des lépreux et nous devrions lire la loi de la lèpre comme nous étant applicable. Lorsqu’un homme se voit être à la fois perdu et ruiné, recouvert entièrement de la souillure du péché, qu’il rejette toute justice qui lui est propre, et plaide coupable devant le Seigneur, alors il est pur au travers du sang de Jésus et de la grâce de Dieu.

L’iniquité cachée, non ressentie, non confessée, est la vraie lèpre mais quand on voit le péché et qu’on le ressent, il a reçu son souffle de mort, et le Seigneur regarde avec des yeux de pitié l’âme affligée. Rien n’est plus mortel que sa propre justice, ou plus encourageant que la pénitence. Nous devons confesser que nous ne sommes rien d’autre que « péché », car aucune confession en dehors de celle ci n’est l’entière vérité, mais si le Saint-Esprit travaille en nous, nous convaincant de péché, il n’y aura aucune difficulté à faire un tel aveu.

Cela sortira spontanément de nos lèvres. Quelle consolation offre le texte à ceux qui ont un sentiment profond de péché ! Le péché confessé, et sur lequel on pleure, pourtant noir et immonde, n’exclura jamais un homme du Seigneur Jésus. Celui qui vient à lui ne sera rejeté en aucune façon. Bien que malhonnête comme un voleur, bien que souillé comme une femme pécheresse, bien que redoutable comme Saul de Tarse, bien que cruel comme Manassé, bien que rebelle comme le fils prodigue, le grand cœur d’amour jettera ses regards sur l’homme qui se sent malade intérieurement et le déclarera pur, quand il s’abandonnera et mettra ses espoirs en Jésus crucifié.

Viens à lui, alors, pauvre pécheur lourdement chargé,
Viens besogneux, viens coupable

Viens dégouttant et dénudé
Tu ne peux pas venir trop sale
Viens juste comme tu es.

Za 8:1-14:21



^^ Revenir en haut ^^