Accueil > Edification > Méditations > Et du sang de l’aspersion qui parle (...)

Et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel

Et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel. Hé 12:24

Lecteur, est-ce que vous êtes venu au sang de l’aspersion ? La question n’est pas si vous êtes venu à une connaissance de doctrine, ou suivre des cérémonies, ou à une certaine forme d’expérience, mais êtes-vous venu au sang de Jésus ? Le sang de Jésus est la vie de toute piété vitale.

Si vous êtes vraiment venu à Jésus, nous savons comment vous y êtes venu : l’Esprit-Saint vous y a amené. Vous êtes venu au sang de l’aspersion sans aucun mérite pour vous-même. Coupable, perdu, et impuissant, vous êtes venu pour prendre ce sang, et ce sang seul, comme votre espoir éternel. Vous êtes venu à la croix de Christ, avec un cœur tremblant et douloureux et voici que vous avez pu entendre le son précieux de la voix du sang de Jésus !

Une goutte de son sang est comme la musique du ciel pour les fils pénitents de la terre. Nous sommes remplis du péché, mais le Sauveur nous offre de lever nos yeux vers lui, et alors que nous regardons à ses blessures ruisselantes, chaque goutte de sang qui tombe proclame : « Tout est accompli ; j’ai vaincu le péché ; j’ai conduit à la vertu éternelle ». Oh ! le doux langage du sang précieux de Jésus ! Si vous êtes venu à ce sang une fois, vous viendrez à lui constamment. Votre vie consistera à regarder à Jésus. Votre conduite entière sera incarnée dans celui vers lequel vous êtes venu.

Celui auquel je suis venu, mais aussi auquel je viens toujours. Si tu n’es jamais venu au sang de l’aspersion, tu dois ressentir le besoin d’y venir chaque jour. Celui qui ne désire pas s’y laver chaque jour, ne s’y est jamais lavé du tout. Le croyant ressent toujours que c’est sa joie et son privilège qu’il y ait encore une fontaine ouverte. Les expériences passées sont une nourriture douteuse pour des chrétiens ; seule une venue permanente à Christ nous donne la joie et la consolation. Ce matin, aspergeons à nouveau les linteaux de notre porte avec le sang, et allons au festin de l’Agneau, étant assurés que l’ange destructeur nous épargnera.



^^ Revenir en haut ^^