Accueil > Edification > Méditations > Et Jésus ne lui donna de réponse sur (...)

Et Jésus ne lui donna de réponse sur aucune parole.

Et Jésus ne lui donna de réponse sur aucune parole. Mt 27:14

Il n’a jamais été à court de parole, quand il pouvait bénir les fils des hommes, mais il ne disait pas un seul mot pour lui-même. « Jamais homme n’a parlé comme cet homme », et jamais homme n’a été silencieux comme lui. Était-ce ce silence singulier « l’indice de son parfait sacrifice ? »

Montra-t-il qu’il voulait ne prononcer un seul mot pour attendre le boucher de sa personne sacrée, qu’il avait dédicacée comme une offrande pour nous ? S’était-t-il abandonné entièrement lui-même au point de ne pouvoir intervenir en sa propre faveur ? Même à moindre degré, mais victime pour être lié et tué sans résistance, sans plainte ? Y avait-il dans ce silence un type de péché sans défense ? Rien ne peut être dit pour pallier ou excuser la culpabilité humaine ; et cependant celui qui porta tout son poids se tint sans un mot devant son juge. N’est-ce pas le silence patient la meilleure réplique à l’abondance d’arguments ?

Une endurance calme répond à beaucoup de questions de manière infiniment plus concluante que la plus haute éloquence. Les meilleurs apologistes pour la chrétienté dans les jours de l’église primitive étaient ses martyrs. L’enclume brise une armée de marteaux en supportant tranquillement leurs coups. Le silence de l’agneau de Dieu ne nous a-t-il pas laissé « un grand exemple de sagesse » ? où chaque mot était une nouvelle occasion de blasphème, et c’était la frontière du devoir de ne pas ajouter de l’huile sur le feu du péché.

L’ambigu, le faux, la vanité, la médiocrité les auront depuis longtemps déjà jetés dans la confusion eux-mêmes. C’est pourquoi le vrai peut être tranquille, et trouve le silence pour sa sagesse. Evidemment notre Seigneur, par son silence nous a donné une remarquable prophétie accomplie. Une longue défense pour lui-même aurait été contraire à la prophétie d’Ésaïe. « Il a été conduit comme un agneau à la boucherie », et comme une brebis devant ceux qui la tondent il fut muet, il n’a point ouvert la bouche. Esa 53:7 Par son silence tranquille il conclut lui-même qu’il est le véritable agneau de Dieu. Comme tel nous le saluons ce matin. Sois avec nous Jésus, et dans le silence de notre cœur, que nous entendions la voix de ton amour.



^^ Revenir en haut ^^