Elie

Elie

(S., J., T., F.) ; Eliya (T.) ; Elia (F.) ; Eliyya (J.) Élija (S.) : mon Dieu est l’Eternel.

- 1. L’un des plus grands prophètes. On l’appelait "le Tichbite," de Galaad ; selon les LXX cette dernière mention devait préciser qu’il n’était pas originaire d’une autre Thichbé plus connue, qui se trouvait en Galilée. V. Tichbite. Il portait un vêtement de peau, ou fait d’une grossière étoffe de poil de chameau : sorte de pagne retenu sur ses reins par une ceinture de cuir. #2Ki 1.8 ; 1Ki 19.13

Quand Achab, sous l’influence de Jézabel, son épouse tyrienne, fut devenu un adorateur du Baal de Tyr, Elie paraît tout à coup. Il se présente devant le souverain perverti, lui annonce une sécheresse de durée indéterminée, châtiment de l’apostasie. La famine sévit : Elie se retire d’abord près du torrent de Kerith, où des corbeaux envoyés par l’Eternel le nourrissent. V. Corbeau. Lorsque le Kerith est à sec, Elie se rend à Sarepta sur la côte méditerranéenne, au N. de Tyr. Il y a là une veuve qui met sa confiance en l’Eternel et partage sa dernière galette avec Elie. Alors Dieu intervient : la jarre de farine et la cruche d’huile ne s’épuisent pas avant que la famine ait pris fin. Le fils de la veuve meurt ; la prière du prophète le rappelle à la vie. #1Ki 17.1-24 ; Lu 4.24-26

Longtemps après, la 3e année #1Ki 18.1 ; Lu 4.25 ; Jas 5.17

Elie reçoit de l’Eternel l’ordre de se présenter devant Achab. Il s’ensuit la scène du Carmel. Les prêtres païens essayent de prouver la divinité de Baal mais en vain. Elie rassemble le peuple autour d’un ancien autel que de pieux Israélites du N. avaient sans doute élevé à l’Eternel, car, à cause de la défection des 10 tribus, ils ne pouvaient pas aller à Jérusalem. Cet autel avait été renversé. Elie, en le rétablissant avec 12 pierres, atteste silencieusement que le schisme des 12 tribus en 2 royaumes est contraire à la volonté de Dieu. Pour empêcher toute fraude, il ordonne au peuple de verser de l’eau sur l’holocauste et sur l’autel. Puis il implore l’Eternel, et le feu tombe, consumant l’holocauste et l’autel. L’Eternel a manifesté ainsi son existence et sa puissance. Les prophètes de Baal, convaincus d’imposture, sont amenés au torrent de Qichôn, au pied de la montagne ; Elie ordonne de les égorger #1Ki 18.1-40 ; De 17.2-5 ; 13.14-17

Le peuple a reconnu que l’Eternel est Dieu et a obéi au commandement de son prophète. Les nuages se rassemblent, annonçant la pluie et le retour de la faveur divine. Le prophète, pour honorer le souverain du peuple élu de Dieu, ceint ses reins et court devant le char d’Achab jusqu’à la porte de Jizreel. #1Ki 18.41-46

V. Coureur.

Jézabel, furieuse de la mort de ses prophètes, jure la mort d’Elie, qui s’enfuit à la montagne d’Horeb. Comme Moïse, il est divinement soutenu pendant 40 jours et 40 nuits #Ex 24.18 ; 34.28 ; De 9.9, 18 ; 1Ki 19.8

Avec un déploiement extraordinaire de puissance et de douceur, Elie est blâmé puis rappelé à son devoir. Dieu lui ordonne d’oindre Hazaël roi de Syrie, et Jéhu roi d’Israël, pour qu’ils châtient l’idolâtrie d’Israël. Elie doit aussi oindre Elisée prophète à sa place, pour annoncer le jugement. Elie jette son manteau sur Elisée, lui adresse vocation et le charge d’exécuter le reste de sa mission. #1Ki 19.1-21

- Jézabel avait fait mourir Naboth par l’entremise des magistrats, afin d’obtenir sa vigne pour Achab. Elie se rendit sur le terrain convoité pour y rencontrer le roi et lui prédire le châtiment de l’Eternel (21.1-29). La mort d’Achab, dans la bataille de Ramoth en Galaad, fut le début du jugement prononcé par Elie contre la maison royale (22.1-40). Ahazia, fils et successeur d’Achab, se blessa en tombant d’une fenêtre ; il envoya des messagers consulter Baal-Zebub, idole d’Ekron, afin de savoir s’il guérirait. Elie arrêta les messagers et les renvoya. Il fit descendre 2 fois le feu du ciel, qui consuma 2 chefs commandant chacun 50 hommes et chargés par le roi de s’emparer d’Elie. Le 3 e chef qui se présenta devant le prophète le supplia de l’épargner ; Elie alla avec lui auprès d’Ahazia. #2Ki 1.1-16

Le prophète eut finalement l’honneur, octroyé auparavant au seul Hénok #Ge 5.24 d’être enlevé au ciel sans passer par la mort. Un char et des chevaux de feu apparurent à Elie, qui était allé à l’E. du Jourdain avec son serviteur Elisée. Ce prodige les sépara, et Elie monta au ciel dans un tourbillon. #2Ki 2.1-12

Cet événement survint, semble-t-il, juste avant l’accession de Yoram au trône d’Israël (2 R. 2 ; cf. 1.18 et 3.1) et tandis que Josaphat régnait sur Juda (3.11). Elie avait rédigé un document véhément contre Yoram de Juda qui partageait le trône avec Josaphat et avait épousé une fille d’Achab. Le prophète le menaçait du châtiment divin, provoqué non seulement par ses péchés commis du vivant de Josaphat, mais par les crimes perpétrés ensuite. #2Ch 21.12-15 (cf. v.13 et 4)

Si Elie a été enlevé au ciel sous le règne de Josaphat, il a donc, du vivant de ce roi, prédit la conduite future de Yoram de Juda, comme il le fit pour Hazaël et pour Jéhu. #1Ki 19.15-17

Une autre manière d’expliquer la succession de ces événements cadre mal avec 2 R. 3.11 : elle suggère que le récit de l’enlèvement d’Elie aurait été inséré dans 2 R. 2 pour achever là l’histoire de son activité publique ; Elie aurait été encore vivant lorsqu’Elisée se trouva au S. de Juda avec l’armée de Josaphat, et que Yoram devint seul roi.

- Les deux derniers v. de l’A. T. annoncent que Dieu enverra Elie avant la venue du grand et terrible jour de l’Eternel. (Mal 3.23, 24) Dans le N. T., Jean-Baptiste est venu "avec l’Esprit et la puissance d’Elie," humble et zélé comme le Tichbite #Mt 3.4 ; Mr 1.6 et chargé d’un ministère semblable au sien. #Mt 11.1-14 ; 17.10-12 ; Lu 1.17

Notez cep. ceci :

a) Jean-Baptiste lui-même déclare qu’il n’est pas Elie #Joh 1.21

b) Jésus, s’il dit qu’Elie est venu d’une certaine manière sous les traits de Jean-Baptiste, ajoute aussitôt qu’Elie viendra premièrement et rétablira toutes choses. #Mr 9.11-13

Il semble donc bien qu’il y a, comme c’est souvent le cas, 2 accomplissements successifs de la prophétie de Mal. 3.23s. [4.5s.] : l’un partiel, à la 1re venue du Christ ; l’autre, total, à sa 2e venue. Le "rétablissement de toutes choses" c’est l’instauration du règne glorieux du Messie. #Ac 3.20-21

Quant au "grand et terrible jour de l’Eternel," il est évidemment encore futur : c’est le redoutable et dernier règlement de compte. De nombreux commentateurs pensent donc qu’Elie pourrait être (avec Hénok ?) l’un des 2 témoins d’Ap. 11.3-11. Sur la montagne de la Transfiguration, Elie, représentant les prophètes de l’A. T., apparut pour honorer Jésus. Son ascension et celle d’Hénoc #Ge 5.24 préfigurent sans doute l’ascension du Seigneur ressuscité. Les miracles marquant le ministère d’Elie appartiennent à la seconde des 4 périodes de miracles que présente l’histoire de la rédemption. Cette 2e période est celle de la lutte à outrance entre la religion de l’Eternel et le culte de Baal. Le maintien de la foi des pères ou l’apostasie était l’enjeu de cette bataille qui se déroula dans l’Israël du N. Les questions touchant à d’autres observances religieuses avaient beaucoup moins d’importance.

V. Miracle.

- 2. Benjamite, fils de Yeroham ; il résidait à Jérusalem. #1Ch 8.27

- 3. Sacrificateur, fils de Harim ; il avait épousé une païenne #Ezr 10.21

- 4. Israélite qu’Esdras persuada de renvoyer sa femme étrangère #Ezr 10.26



^^ Revenir en haut ^^