Accueil > Edification > Méditations > Car je suis l’Éternel, je ne change (...)

Car je suis l’Éternel, je ne change pas …

Car je suis l’Éternel, je ne change pas … 

Il est bien pour nous, qu’au milieu des évolutions, des variations de la vie, il y en ait un que le changement ne peut affecter ; un dont le cœur ne peut jamais s’altérer, et sur le front duquel le temps ne puisse graver de rides. Toutes les autres choses ont changé, et sont encore en train de changer. Le soleil lui-même pâlit avec l’âge ; le monde vieillit ; le repliement du vêtement usé a commencé ; les cieux et la terre doivent bientôt passer ; ils périront, ils vieilliront comme le fait un vêtement ; mais il en est un qui seul possède l’immortalité, dont les années n’ont point de fin, et dans la personne duquel il n’y a pas de changement. L’enchantement qu’éprouve le marin, quand après avoir été ballotté pendant des jours, il marche à nouveau sur la terre ferme, telle est la satisfaction d’un chrétien quand, au milieu de tous les changements, des fluctuations de sa vie troublée, il repose le pied de sa foi sur cette vérité : « je suis le Seigneur, je ne change pas. »

La stabilité que donne au navire l’ancre jetée, quand elle a enfin tenu ferme sur le fond, ou « fait tête » 1, est semblable à l’espérance d’un chrétien qui est assuré lorsqu’il se repose sur cette glorieuse vérité. Avec Dieu il n’y a pas de variation, ni d’ombre changeante. Quels attributs étaient de jadis ? Ils sont actuels : sa puissance, sa sagesse, sa justice, sa vérité, demeurent inchangées. Il a toujours été le refuge de son peuple, sa forteresse au jour de la détresse, et il est le secours toujours inébranlable. Il demeure inchangé dans son amour. Il a aimé son peuple d’un amour éternel. Il l’aime autant maintenant qu’il le fit, et quand toutes les choses terrestres se réduiront en fusion 2 dans la dernière conflagration, son amour portera encore la rosée de sa jeunesse. Précieuse est l’assurance qu’il ne change pas ! La roue de la providence tourne, mais son axe est l’éternel amour. La mort et le changement sont toujours affairés, l’homme se corrompt et les àges défilent ; mais la miséricorde de Dieu jamais ne décline : Il est sagesse, Il est amour.

Note
1 « faire tête » en terme marin, c’est avoir éprouvé la bonne tenue de l’ancre sur le fond. Cela se fait en battant en marche arrière.

2 « se réduiront en fusion » : l’apôtre Pierre dans sa 2e épître verset 3:10 dit « les éléments embrasés se dissoudront. » #2P 3:10



^^ Revenir en haut ^^