Babel

Babel

Tour de Babel:porte de Dieu. Ville de la plaine de Chinéar. C’est après le déluge que Babel est mentionnée pour la 1re fois ; elle marqua le début du royaume de Nimrod et fut prob. le siège primitif et principal de sa puissance #Ge 10.10. De nombreuses vers. ne présentent le nom de Babel que dans Gn. 10.10 et 11.9, et emploient celui de Babylone dans tous les passages ultérieurs. En hébr. Babel et Babylone sont le même terme.

- La construction de la tour de Babel commença peu après le déluge. Ceux qui projetèrent de l’édifier espéraient créer ainsi un centre renommé dont les habitants échapperaient au danger de la dispersion. La plaine de Chinéar, formée par les alluvions, n’a ni pierre de construction, ni chaux ; on employa donc, pour cette tour, des briques au lieu de pierre, et en guise de ciment le bitume que l’on trouvait en abondance à Hit, à environ 225 km., en amont. Le projet des architectes ne put cep. pas aboutir, car un châtiment frappa les constructeurs. Instantanément, ou peu après, ils se mirent à parler divers dialectes, et furent obligés de se retirer dans de nouvelles régions. C’est pourquoi la ville fut appelée Babel:lieu de la confusion de Dieu.

- Une tradition dénuée de fondement identifie la tour de Babel avec le Birs Nimrûd de Borsippa, à env. 12 km. du centre de Babylone ; mais si la tour non terminée n’a jamais été employée, on en trouverait plutôt des vestiges dans le temple à tour (ziggurat) d’Etemenanki, juste à côté, au N. du grand temple de Mardouk, dans la ville même de Babylone. Bien que la construction de la tour eût cessé, le lieu ne fut pas entièrement abandonné. Les années suivantes, il devint le centre d’une grande communauté, celle qui est nommée Babylone. La ziggurat d’Etemenanki, (= "maison du fondement du ciel et de la terre") est mentionnée plusieurs fois dans des textes antiques. Après le texte biblique #Ge 11.1-9, le roi d’Agade, Skarkalishari (vers 2250 av. J.-C.), et ensuite Esar-Haddon, roi assyrien (681-665 av. J.-C.) parlent tous deux de la restauration de la tour. Puis les rois néobabyloniens Nabopolassar (625-605 av. J.-C.) et son fils Neboukadnetsar (604-562 av. J.-C.) y ont travaillé encore. Ces deux derniers y ont apparemment participé personnellement.

- La tablette dite de l’Esagil, au musée du Louvre, datée de l’an 229 av. J.-C., nous donne une description de cette tour à 7 étages et dont le premier était de 90 m. x 90 m. x 33 m. de hauteur. A. Parrot nous informe qu’il s’agit de la copie d’une autre tablette, certainement plus ancienne. Peut-être que la tour de Gn. 11 comportait les mêmes dimensions. La hauteur totale de la tour était aussi de 90 m.



^^ Revenir en haut ^^