Achab

Achab

Akhab (T.) :un frère du père.

- 1. Roi d’Israël, fils et successeur d’Omri. Il commença à régner vers 874 av. J.-C., la 38e année d’Asa, roi de Juda. #1Ki 16.29. Il épousa Jézabel, femme idolâtre et de tempérament masculin, fille d’Ethbaal, roi de Sidon. Elle adorait Baal et subjugua son mari, faible, irrésolu, dont elle fit aussi un adorateur de ce faux dieu (v. 30-33). La religion nationale d’Israël fut bouleversée. En érigeant les 2 veaux d’or dans un but utilitaire, Jéroboam avait prétendu maintenir le culte de l’Eternel, au moins en théorie. Mais Achab, sous l’influence de Jézabel, abandonna complètement l’Eternel et servit Baal, divinité rivale.

L’intolérante reine ne se borna pas à pervertir Achab, mais tenta de forcer tout le peuple à pratiquer son idolâtrie. Les prophètes de l’Eternel furent pourchassés et mis à mort. Seuls quelques-uns échappèrent, parce qu’Abdias, haut fonctionnaire, les cacha dans une caverne.

C’est cep. à cette époque-là qu’apparut le plus formidable prophète d’Israël, Elie le Tichbite. Il fut envoyé prédire à Achab des années de sécheresse et de famine, châtiment du péché royal. A la fin de 3 ans et 1/2 de sécheresse #1Ki 18.1 ; Lu 4.25 ; Jas 5.17 : Elie, sur l’ordre de l’Eternel, se présenta de nouveau à Achab. Il lui demanda une confrontation avec les prophètes de Baal, sur le mont Carmel, et une mise à l’épreuve décisive. -L’Eternel lui-même défendit sa cause en envoyant le feu du ciel consumer le sacrifice d’Elie. Le prophète commanda au peuple, qui avait vu le miracle et reconnu l’Eternel pour Dieu, d’emmener les 450 prophètes de Baal et les 400 prophètes d’Astarté au torrent de Qichôn et de les égorger. Jézabel, apprenant ce qui s’était passé, jura de se maudire elle-même si Elie était encore vivant le lendemain.

Le prophète, craignant de perdre la vie, s’enfuit au mont Horeb. Dieu l’en fit revenir avec une triple mission:oindre Hazaël roi de Damas et verge de l’idolâtre Israël ; oindre Jéhu roi d’Israël à la place de la famille d’Achab, avec ordre de renverser, par le pouvoir séculier, le culte de Baal ; oindre Elisée prophète, pour détruire l’idolâtrie, en agissant sur la conscience du peuple.

Le scandale de la vigne de Naboth fit déborder la coupe des péchés d’Achab et de Jézabel. Vers cette époque, Achab vainquit Ben-Habad de Damas, roi de Syrie. Il permit à ce tyran, son prisonnier, d’échapper à la mort et s’associa avec lui. Le récit de cette bataille de Karkar, en 853 av. J.-C., tel qu’il est présenté dans les annales militaires assyriennes de Salmanasar III est plein d’intérêt. La Bible ne parle pas de ce combat avec Salmanasar, mais il est un peu "sous-entendu" par le fait qu’Achab laissa Ben-Hadad en vie après l’avoir défait #1Ki 20.1 comme dit ci-dessus. La raison était qu’Achab, se sentant menacé par l’Assyrie, s’est dit que très probablement, dans un proche avenir, une alliance avec Ben-Hadad lui serait utile. C’est ce qui est arrivé et Salmanasar donne assez de détails au sujet d’une coalition de onze ou douze rois dont les principaux étaient le roi de Hamath, le roi de Damas (Ben-Hadad) et Achab, roi d’Israël. Achab a pu fournir 2000 chars et 10000 fantassins. Salmanasar raconte combien sa victoire fut facile, mais puisqu’il devait revenir dans le pays par la suite pour terminer sa conquête, on peut se demander si la défaite de la coalition était aussi complète qu’il le dit. La guerre contre Damas reprit peu après.

Achab, profitant d’une visite de Josaphat, roi de Juda, lui proposa une expédition commune afin de recouvrer Ramoth en Galaad, au-delà du Jourdain. Les prophètes de Baal encouragèrent cette entreprise. Michée, seul prophète de l’Eternel qui fut disponible, prédit la mort d’Achab. Celui-ci, perdu d’avance, résolut de se déguiser pour aller au combat et proposa au roi de Juda de mettre ses vêtements royaux, qui le désigneraient à tous les projectiles. Mais un individu quelconque tira de son arc "au hasard" et frappa Achab au défaut de la cuirasse. Le roi mourut ce soir-là, et on leva le siège de Ramoth en Galaad. Le char et l’armure d’Achab furent lavés dans l’étang de Samarie ; les chiens, selon la prédiction d’Elie, léchèrent son sang. Achab disparut après un règne de 22 ans. Ahazia, son fils, lui succéda. #1Ki 16.29-22.40 ; 2Ch 18.1-34.

- 2. Prophète menteur et immoral, fils de Qolaya. Jérémie prédit que Neboukadnetsar, roi de Babylone, le brûlerait vif. #Jer 29.21-23.



^^ Revenir en haut ^^