Accueil > Edification > Méditations > Abel fut berger

Abel fut berger

Abel fut berger, Ge 4:2

Comme un pasteur Abel sanctifia son œuvre à la Gloire de Dieu et offrit un sacrifice de sang sur son autel, et le Seigneur eut égard à Abel et à son offrande. Ce type préfiguratif de notre Seigneur est extraordinairement clair et précis. Comme le premier jet de lumière qui teinte l’Orient au lever du soleil, il ne révèle pas tout, mais il manifeste clairement le grand fait que le soleil vient bientôt. Comme nous voyons Abel, un berger et pourtant sacrificateur, offrant un sacrifice d’une agréable odeur à Dieu, nous discernons notre Seigneur, qui apporte devant son Père un sacrifice que l’Éternel agréé toujours.

Abel était haï par son frère, haï sans cause ; et il en fut de même pour le Sauveur ; l’homme naturel, charnel hait l’homme accepté, agréé, en qui il s’était trouvé l’esprit de grâce, et qui ne se donna point de repos jusqu’à ce que son sang fut répandu. Abel tomba et aspergea son autel et son offrande de son propre sang, et de cette image ressort le Seigneur Jésus tué par l’inimitié de l’homme pendant qu’il servait comme sacrificateur devant le Seigneur.

Le bon berger donne sa vie pour les brebis, pleurons sur lui comme le voyant tué par la haine de l’humanité, et maculant les cornes de son autel avec son propre sang. « Le sang d’Abel parle ». Le Seigneur dit à Caïn : la voix du sang de ton frère crie jusqu’à moi de la terre. Le sang de Jésus a un puissant langage, et le contenu de son cri dominant n’est pas la vengeance mais la grâce. C’est précieux au-delà de toute préciosité de se tenir à l’autel de notre bon berger !

Pour le voir répandant son sang là comme le sacrificateur abattu à la boucherie, et ensuite pour entendre son sang parlant de paix à son troupeau, paix à notre conscience, paix entre le Juif et le païen, paix entre l’homme et son créateur offensé, paix sur la terre d’âges en àges jusque dans l’éternité pour les hommes lavés dans le sang. Abel est le premier berger dans l’ordre chronologique, mais nos cœurs placeront toujours Jésus-Christ le premier dans l’ordre de l’excellence. Toi grand Pasteur des brebis, nous, peuple de ton pâturage, te bénissons de tous nos cœurs quand nous te voyons mis à mort pour nous.



^^ Revenir en haut ^^