Accueil > Edification > Méditations > A lui la gloire dans tous les siècles !

A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen !

A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen !

A lui soit la gloire pour l’éternité. Ceci doit être le seul désir du chrétien. Tous les autres vœux doivent être subalternes et tributaires de celui-ci. Le chrétien peut souhaiter la prospérité dans ses affaires, mais seulement si ceci peut l’aider à promouvoir cette parole : « A lui la gloire dans tous les siècles ». Il peut désirer obtenir plus de dons et plus de grâces, mais seulement pour pouvoir proclamer « A lui la gloire pour toujours ». Vous n’agissez pas comme vous devez le faire quand votre motivation ne vous laisse jeter qu’un simple regard à la gloire de votre Seigneur. Comme chrétien, vous êtes « de Dieu, et à travers Dieu, » et vous devez donc vivre « pour Dieu ».

Ne permettez à rien de faire battre votre cœur avec plus de puissance que votre amour pour lui. Que cette ambition mette le feu à votre âme ; que ce soit le fondement de tout ce que vous entreprenez, et que ce motif vous soutienne toutes les fois où votre zèle aurait tendance à se refroidir ; que Dieu soit votre seul objectif. Dépendez de lui, car où l’auto-suffisance commence, la peine commence ; mais si Dieu est ma joie suprême et mon seul objet, peu m’importe qu’il décrète pour moi la vie ou la mort, et me destine la douceur ou la peine. Que votre désir de contribuer à la gloire de Dieu soit un désir croissant. Vous l’avez béni dans votre jeunesse, ne vous contentez pas des mêmes louanges que vous avez fait monter vers lui à ce moment-là.

Dieu vous a-t-il fait prospérer ? Donnez-lui plus qu’il ne vous a donné. Dieu vous a-t-il donné de l’expérience ? Louez-le avec une foi encore plus forte que vous ne l’avez jamais fait. Votre connaissance a-t-elle grandi ? Chantez alors avec plus de douceur. Vivez-vous des moments plus heureux que vous ne le faisiez jadis ? Avez-vous été guéri d’une maladie, et votre peine s’est-elle transformée en paix et joie ? Offrez-lui alors plus de musique ; mettez plus de charbons et des parfums plus doux dans l’encensoir de votre louange. Pratiquement, honorez-le dans votre vie, ajoutant votre « amen » à cette doxologie à votre grand et grâcieux Seigneur, par votre propre service individuel et une sainteté croissante.



^^ Revenir en haut ^^